Logo

Convention vendredi 25 septembre 2009

Internet, l’avocat ou le médiateur

Par Anna Lietti
Le divorce «low cost» est-il vraiment plus économique? Parfois, pas toujours

Douglas Hornung, avocat d’affaires à Genève et créateur du site www.divorce.ch, a de solides arguments en faveur du divorce «low cost» via Internet: «Dans l’écrasante majorité des cas, il n’y a pas de violence, les salaires sont moyens et le résultat est, à quelques francs près, acquis d’avance. Tout est largement standardisé et, du point de vue technique, une procédure de divorce ne présente aucune difficulté. Les problèmes sont plutôt d’ordre émotionnel. C’est la raison pour laquelle nous avons créé notre site: à notre avis, un avocat n’apporte de réelle plus-value que s’il y a violence.»

Le site, créé en 2007, est un succès: 8000 visiteurs et une vingtaine de conventions conclues par mois. Divorce.ch permet de régler l’affaire pour 960 francs. Mais aussi, grâce aux informations très complètes qu’il fournit, d’éviter les mauvaises surprises au cas où on décide de consulter un avocat. Moins complet, son concurrent EasyDivorce.ch casse encore les prix et met la barre à 790 francs.

Les problèmes d’un divorce sont d’abord émotionnels? C’est justement pour ça qu’on ne peut pas régler l’affaire via un formulaire standardisé, plaident les avocats et médiateurs. L’«easy divorce» pose des bombes à retardement relationnelles qui coûtent cher aux ex-conjoints après-coup, assurent-ils, statistiques canadiennes à l’appui. Le passage chez un interlocuteur professionnel permet

de les désamorcer.

Mais avocat ou médiateur?
Certains, s’étant spécialisés
en droit de la famille au sein
de la Fédération suisse des avocats, sont aujourd’hui l’un et l’autre. Les médiateurs non FSA sont en moyenne 30% moins chers. Ils proposent une démarche plus participative (LT 3.05.08).

A tous ces tarifs il faut ajouter les droits de greffe. Genève est le moins cher à cet égard, avec une facture de 600 francs. Les cantons romands tournent autour d’une moyenne de 800 francs. Le fisc zurichois, lui, peut facturer sans complexe plus de 2700 francs. Quand on vous dit que le divorce est une affaire qui roule.