Texte - +
Imprimer
Reproduire
astronomie mardi 10 avril 2012

«La tâche est loin d’être triviale»

L’avis de l’astronome genevois André Maeder, auteur d’un ouvrage récent sur l’habitabilité des exoplanètes

Le Temps: Quelles sont les difficultés à détecter la vie sur une autre planète?

André Maeder: La principale, mentionnée dans l’étude ci-contre, est que l’étoile est jusqu’à 1 milliard de fois plus brillante que la planète à étudier. N’observer que la lumière de cette dernière (pour y chercher des signatures de vie) est donc très compliqué. C’est pourquoi l’on aurait intérêt à effectuer ces mesures dans l’infrarouge lointain. Car dans cette partie du spectre lumineux, le contraste entre l’étoile et la planète peut être mille fois moindre. On diminue d’autant la difficulté des mesures. C’est ce qu’envisage de faire le projet de premier télescope spatial suisse Cheops (LT du 16.3.2012 ). Mais la tâche est loin d’être triviale du point de vue technique…

– En supposant qu’on y arrive, distinguer des signatures de vie dans une atmosphère d’exoplanète est-il alors aisé?

– L’objectif est d’identifier, dans la lumière de l’exoplanète, du CO2, de la vapeur d’eau, et de l’oxygène (O2) ou de l’ozone (O3), formé à partir d’oxygène avec les rayons UV. Car la présence de ces derniers éléments inciterait à conclure que des organismes les fabriquent. Ces signatures sont bien connues, et pourraient être trouvées.

– N’est-il pas possible d’imaginer des formes de vie fonctionnant autrement, avec une autre chimie?

– La vie à ses débuts fonctionnait certes avant tout à base de soufre. Mais l’on observe que l’oxygène permet d’assurer un métabolisme des organismes vivants qui, du point de vue énergétique, est plus efficace chimiquement parlant qu’avec d’autres éléments.

– Cela dit, les grandes agences spatiales n’ont, pour l’instant, pas de programme sur les rails visant à étudier ces signatures de vie.

– C’est vrai, les missions européennes Darwin et TPF notamment ont été suspendues. Les études de faisabilité ont montré que l’on arrivait encore trop mal à séparer clairement la lumière de la planète de celle de l’étoile pour l’étudier.

– Y arrivera-t-on un jour?

– Il ne faut jamais désespérer. Des choses qui paraissent infaisables deviennent parfois possibles.

* L’unique Terre habitée?
Editions Favre, 2012.

Reproduire
Texte - +