Texte - +
Imprimer
Reproduire
mali mercredi 25 avril 2012

Otage bâloise libérée après dix jours

Béatrice S. a été remise mardi à une représentante du DFAE par des représentants du groupe islamiste Ansar Dine, confirme Berne. Selon le GCTAT, centre de recherche sur le terrorisme basé à Genève, Mokhtar Belmokhtar pourrait avoir été le commanditaire final

L’affaire s’est résolue rapidement. Béatrice S., la missionnaire bâloise enlevée le 15 avril à Tombouctou, a été libérée mardi et remise à une représentante du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) par le groupe qui la détenait, a confirmé le ministère. Le communiqué bernois divulgué dans l’après-midi précise qu’elle a été «transférée dans un lieu sûr» et que son «état de santé est bon, compte tenu des circonstances».

Selon un journaliste de l’AFP présent sur place, elle est arrivée à bord d’un pick-up en «robe et turban noirs mais le visage découvert», avant de prendre place dans un hélicoptère parti dans la matinée du Burkina Faso pour la récupérer. Elle aurait été d’abord remise «aux services de sécurité du Burkina Faso». Dans son message, le DFAE refuse de préciser le lieu où elle se trouve, mais il remercie les autorités maliennes et celles du Burkina Faso.

Liens avec Al-Qaida

Selon plusieurs sources locales, Béatrice S. se trouvait entre les mains du mouvement salafiste Ansar Dine, qui l’a reprise samedi au groupe responsable de son rapt. «Nous pensons que les ravisseurs qui ont pris la Suissesse en otage le 15 avril appartenaient à une des milices bérabiches de Tombouctou. Une milice qui a des liens forts avec Mokhtar Belmokhtar, un des chefs d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), et avec les leaders du Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujuao), mais également avec Ansar Dine», commente le GCTAT, centre de recherche sur le terrorisme basé à Genève et animé par d’anciens agents fédéraux. «Cela expliquerait certains détails, comme le refus initial d’Ansar Dine de condamner l’enlèvement.» Pour le GCAT, l’hypothèse que Mokhtar Belmokhtar ait été le commanditaire final de l’opération est plus que plausible.

Lundi, le DFAE confirmait déjà être en contact avec le groupe islamiste qui détenait la Suissesse. Ansar Dine avait laissé entendre qu’une libération serait proche. Vivant depuis longtemps à Tombouctou et très impliquée dans les actions sociales, Béatrice S., âgée d’une quarantaine d’années, avait refusé de quitter la ville après sa prise par des rebelles le 1er avril, malgré les injonctions du DFAE.

Reproduire
Texte - +