Texte - +
Imprimer
grippe A (H1 N1) lundi 18 mai 2009

A nouveau, la menace de pandémie

AFP

Le temps est compté pour endiguer l’épidémie selon Margaret Chan, directrice générale de l’OMS. (AFP)

Le temps est compté pour endiguer l’épidémie selon Margaret Chan, directrice générale de l’OMS. (AFP)

Le Japon pourrait être un deuxième foyer autonome de transmission du virus, et l’OMS est prête à passer au stade 6, le dernier stade, de sa procédure d’alerte. L’assemblée annuelle de ses 193 membres s’est ouverte ce matin à Genève.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a ouvert son assemblée alors que plane sur le monde la menace d’une pandémie «imminente» de grippe A (H1N1) d’origine porcine.

«Nous sommes tous sous pression pour prendre des mesures urgentes et d’importance dans une atmosphère marquée par une forte incertitude scientifique», a reconnu lundi la directrice générale de l’OMS Margaret Chan, lors d’une réunion sur le virus mutant, apparu à la fin du mois de mars au Mexique et aux Etats-Unis.

Le Dr Chan, qui a le pouvoir de décider de l’alerte pandémique maximale après avoir consulté un comité d’experts, s’adressera solennellement à l’Assemblée réunie en session plénière en début d’après-midi.

La maladie a officiellement contaminé 8’829 personnes dans 40 pays de la planète, selon le numéro deux de l’OMS, le Dr Keiji Fukuda.

Le Japon, deuxième foyer?

L’apparition d’un nouveau foyer autonome rapporté par les autorités japonaises a fait monter la tension durant le week-end.

En effet, depuis le passage à la phase d’alerte 5 le 29 avril signalant qu’une pandémie est «imminente», l’organisation dit attendre des preuves d’un foyer de transmission, non lié à des voyages, dans une région autre que le continent américain d’où est parti le virus inédit de type A (H1N1).

Selon les critères de l’OMS, la situation au Japon pourrait de ce fait, si elle se confirme, justifier le déclenchement du niveau 6 d’alerte maximale, annonçant l’apparition de la première grande pandémie grippale du 21e siècle.

Le niveau 6 d’alerte pandémique ne préjuge pas de la sévérité de la maladie mais constate la propagation du virus sur la surface du globe. Le virus, encore peu virulent pourrait cependant muter en une souche «beaucoup plus dangereuse», craignent les experts de l’OMS.

Le ministre mexicain de la Santé Jose Angel Cordova a remis lundi symboliquement à la Directrice générale de l’OMS Margaret Chan l’information scientifique sur le virus afin de contribuer à la mise au point d’un vaccin.

Sur le qui-vive depuis près d’un mois, l’organisation a prévu d’écourter sa réunion de moitié, jusqu’à vendredi, pour ne pas détourner les ministres participants de leur travail pour préparer une contre-offensive face à la pandémie.

Le gouvernement japonais a annoncé lundi que 129 cas de grippe porcine étaient désormais confirmés dans le pays, et les autorités des zones touchées ont demandé aux écoles de rester fermées.

Le nombre de malades touchés par le virus A (H1N1) a rapidement augmenté depuis samedi dans les deux préfectures voisines d’Osaka et Hyogo (ouest), depuis l’annonce de la contamination d’un lycéen de 17 ans de la ville de Kobe, à Hyogo, le premier cas d’infection locale de cette maladie.

Les autorités ont prévenu que plusieurs centaines de personnes pourraient déjà être infectées, l’épidémie se propageant rapidement dans ces zones densément peuplées. Elles craignent aussi que Tokyo soit touchée, alors qu’un Japonais sur 4 habite dans la capitale.

Dans ce contexte tendu, la grippe porcine devrait prendre la vedette aux autres sujets de la grande assemblée annuelle de l’OMS qui devra malgré tout adopter son budget au pas de course.

Une délégation taïwanaise a pris place lundi pour la première fois comme observateur parmi les participants à l’Assemblée de l’OMS grâce à la levée du veto de la Chine.

Les autorités de Taïwan faisaient notamment valoir que la marginalisation de leur pays les empêchait de participer efficacement au système international de contrôle des maladies infectieuses.

Texte - +