Texte - +
Imprimer
Reproduire
Automobile mardi 20 juillet 2010

La voiture électrique prend pied en Chine

Le marché le plus favorable reste les Etats-Unis, devant la France

Les mesures prises en juin par le gouvernement ont fait bondir la Chine au classement des marchés les plus favorables au développement de la voiture électrique.

Dans le classement réalisé par McKinsey, publié lundi, la Chine passe de la septième à la troisième place, derrière les Etats-Unis et la France. L’analyse repose sur neuf critères de développement des marchés nationaux des véhicules électriques, qui vont de l’offre de modèles au gain réalisé par le consommateur qui choisit ce type de véhicule, en passant par les diverses formes d’aides étatiques.

La volonté des autorités chinoises de promouvoir les véhicules électriques dans vingt villes déclarées zones pilotes change la donne. Les particuliers obtiennent en moyenne une aide équivalente à 4560 euros lors de l’achat d’un véhicule électrique. Cette aide peut se monter à plus de 70 000 euros pour l’achat d’un autobus par exemple. La Chine devient ainsi le deuxième pays du monde le plus généreux, derrière le Danemark, en ce qui concerne l’aide directe. Mais le gouvernement investit également énormément dans l’aide à la production et à la recherche. Quelque 3,3 milliards d’euros seront dépensés dans les cinq ans, soit le programme le plus ambitieux après celui des Etats-Unis. Sept modèles, sur les 59 offerts par les constructeurs chinois, sont électriques.

Fortes économies

La Chine, contrairement aux autres marchés qui butent sur ce problème, a uniformisé les modes de ravitaillement des véhicules en électricité (bornes, prises) en limitant à quatre le nombre de standards industriels.

Les Chinois réagissent en conséquence, attirés par des économies de 88% au kilomètre parcouru, alors qu’en Allemagne ce gain en coût d’utilisation se limite à 65%. La grande différence provient du prix du kWh, quatre fois meilleur marché en Chine qu’en Allemagne.

Le parc de véhicules électriques chinois, avec plus de 900 voitures vendues de janvier 2009 à mars 2010, est désormais le troisième marché au monde, derrière celui des Etats-Unis (2589), et du Japon (1426). La France occupe la quatrième place (795), devant l’Allemagne (270) et la Grande-Bretagne (151). En part de marché, la Chine se situe en sixième position, derrière le Danemark, qui offre une prime moyenne de 17 220 euros à l’achat d’un véhicule électrique. Suivent le Japon, la France et les Etats-Unis. Selon McKinsey, dans cinq ans, la Chine sera le premier producteur d’automobiles avec plus de 18 millions de voitures, devant les Etats-Unis (10,6 millions). La part de voitures électriques produites dans le pays restera cependant marginale (0,02%), contre 2% attendus aux Etats-Unis, ou 2,7% en France, mais 0,8% seulement en Allemagne. McKinsey prévoit un développement plus favorable en France qu’en Allemagne à cause du prix avantageux de l’électricité, soutenu par l’Etat français, et des aides étatiques à la production.

Les Etats-Unis resteront en tête de liste grâce à des aides massives à la production équivalant à 23 milliards d’euros sur cinq ans.

Reproduire
Texte - +
Publicité