Texte - +
Imprimer
politique samedi 24 novembre 2012

Pessimisme et polémique, avant la médiation à l’UMP

LT/Agences

Jean-François Copé, François Fillon et Alain Juppé doivent se retrouver demain dans un endroit tenu secret (AFP)

Jean-François Copé, François Fillon et Alain Juppé doivent se retrouver demain dans un endroit tenu secret (AFP)

A la veille d’une rencontre Copé-Fillon, dimanche, à laquelle doit prendre part l’ancien Premier ministre Alain Juppé, les déclarations et les contradictions s’accumulent. Etat des lieux avant un weekend considéré comme «décisif» pour l’avenir du parti.

«JR est mort, mais l’UMP a pris le relais pour Dallas». Le twitt, samedi, du député UMP des Alpes-Maritimes, Lionnel Luca, évoquant la mort de l’acteur Larry Hagman, illustre le dépit qui gagne les proches du parti. Alors que doit avoir lieu dimanche une médiation entre les deux irréconciliables rivaux pour la présidence de l’UMP, François Fillon et Jean-François Copé, les polémiques s’accumulent.

Alain Juppé, désigné médiateur, doit former une instance collégiale de cinq membres, chargée de livrer des conclusions sous quinze jours sur le vote des adhérents, à partir notamment des travaux de deux commissions internes à l’UMP, la Commission de contrôle (Cocoe) et la Commission des recours. Mais cette dernière est au centre d’une énième polémique interne, les fillonistes la soupçonnant d’être aux mains de l’équipe Copé.

Et la demande expresse du ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy que cette commission attende, pour se réunir, que sa propre mission sois mis sur pied n’a pas été respectée: son président, l’ancien député Yanick Paternotte, a annoncé une réunion dimanche à 09h30. Ce dernier n’a pas non plus accédé à la demande du maire de Bordeaux de faire en sorte que les membres de la commission ayant pris position pendant la campagne en faveur de l’un ou l’autre des deux candidats ne siègent pas.

Dans un entretien samedi à Sud Ouest, Alain Juppé déclare prendre acte de cette décision tout en prévenant qu’il n’est pas question de bénir une procédure à laquelle il n’aura pas participé». Ces questions seront au centre de la rencontre programmée dimanche à 19h00 à Paris dans un endroit secret.

«Impossible», titrent les médias français

L’un des acteurs du dossier, cité l’AFP, ne cachait pas son inquiétude : «La médiation, pour l’instant, on ne peut pas dire qu’elle existe, on est plutôt dans une phase d’observation». Si la commission des recours sort dimanche à 18h00 et proclame un président, il est certain qu’on sera obligé d’annuler la réunion de 19h00, Ce qui pourrait aussitôt mettre fin à l’opération d’arbitrage.

Jean-François Copé, lui, se montre plus que tiède à l’égard d’Alain Juppé, qui «pose son ultimatum tous les jours». «Il n’a rien reproché à François Fillon, alors qu’il a exprimé de très nombreux désaccords à mon égard», a-t-il dit. Les titres des médias nationaux expriment eux aussi leur pessimisme samedi: «impossible médiation» (Libération), «mission presque impossible» (Le Parisien-Aujourd’hui en France), médiation «en péril» (Le Figaro).

L’ancienne ministre Nathalie Kosciusko-Morizet, potentielle membre «neutre» de la médiation, considère que cette perspectives d’arbitrage est la «première bonne nouvelle depuis plusieurs jours». Elle espère une trève à laquelle d’autres ne croient pas ou plus.

Crise financière sous-jacente

Vendredi, Le Monde pointait un autre risque d’une scission de l’UMP, maintes fois évoquée cette semaine. Une explosion du parti pourrait avoir de graves conséquences sur ses finances. Comme tous les autres, l’UMP bénéficie de financements publics liés à son nombre d’élus. Une scission d’une partie de ses députés diminuerait donc mécaniquement ses ressources, écrivait le quotidien.

Un problème d’autant plus important que l’UMP est, à l’image de son gouvernement, contraint à une cure d’austérité. «La trésorerie du parti est au plus bas», disait Dominique Dord, le trésorier du parti en juillet. Sans scission, le financement du parti devrait déjà baisser de 30 à 20 millions l’an prochain.

Texte - +