Texte - +
Imprimer
Reproduire
états-Unis jeudi 08 novembre 2012

Bradley Manning endosse la responsabilité des fuites à WikiLeaks

Le soldat américain fait l’objet de 22 chefs d’inculpation – dont celui de «collusion avec l’ennemi». Il encourt la prison à vie. (AFP)

Le soldat américain fait l’objet de 22 chefs d’inculpation – dont celui de «collusion avec l’ennemi». Il encourt la prison à vie. (AFP)

Dans un plaidoyer, le soldat américain de 24 ans a proposé mercredi de plaider coupable d’une partie des 22 chefs d’inculpation dont il fait l’objet. Son avocat David Coombs espère ainsi une réduction des charges retenues contre son client

C’est un retournement de situation dans l’affaire Bradley Manning. Le soldat américain de 1ère classe, suspecté par la justice américaine d’avoir divulgué, entre novembre 2009 et mai 2010, des milliers de documents militaires confidentiels sur la guerre en Irak et en Afghanistan, ainsi que 260’000 câbles diplomatiques du Département d’Etat à WikiLeaks, a proposé mercredi de plaider coupable d’une partie des charges retenues contre lui.

Dans un plaidoyer transmis à son avocat David Coombs à l’issue de nouvelles audiences préliminaires devant la justice militaire de Fort Meade, dans le Maryland, le jeune homme de 24 ans a souligné qu’il se tenait pour responsable d’avoir transmis plusieurs centaines de milliers de documents confidentiels à l’organisation cofondée par Julian Assange. Par contre, il réfute les accusations d’espionnage, de collusion avec l’ennemi, ainsi que l’infiltration illégale des systèmes de renseignement du gouvernement américain.

La manoeuvre de Bradley Manning consiste à reconnaître sa culpabilité dans «diverses infractions selon le processus judiciaire américain connu sous le nom de «plaider par des exceptions ou des substitutions». En aucun cas, il ne s’agit de plaider coupable aux chefs d’accusation tels que formulés par le gouvernement américain», a déclaré David Coombs sur son blog.

Pour l’avocat, cette stratégie vise à obtenir une diminution des charges retenues contre son client, en détention préventive depuis plus de 900 jours. Reste à connaître la décision du juge. Si Denis Lind accepte le plaidoyer, cela pourrait considérablement réduire la procédure en cours. En publiant l’ensemble des documents, WikiLeaks avait déclenché un séisme dans le monde diplomatique. Tenu responsable de cette fuite, Bradley Manning fait l’objet de 22 chefs d’inculpation – dont celui de «collusion avec l’ennemi». Il encourt la prison à vie. Plusieurs fois ajourné, le procès de Bradley Manning devrait débuter le 4 février 2013.

Reproduire
Texte - +