Texte - +
Imprimer
Reproduire
statistiques mardi 13 mars 2012

L’extrême pauvreté a baissé de moitié en vingt ans

La baisse touche les six régions du monde

La crise économique a certes freiné le mouvement, mais elle n’a pas inversé la tendance. Entre 2005 et 2008, la pauvreté a continué de reculer dans toutes les régions du monde, selon les derniers chiffres de la Banque mondiale. Toutes les statistiques pour 2010 ne sont pas encore disponibles, mais la Banque mondiale estime que la proportion des personnes vivant avec moins de 1,25 dollar par jour était à cette date inférieure de moitié à la valeur établie pour l’année 1990. Cette limite d’extrême pauvreté est définie à partir des 10 à 20 pays les plus pauvres. Les chiffres résultent de sondages effectués dans 130 pays.

«Ainsi le premier objectif de développement pour le Millénaire, qui est de réduire de moitié à l’horizon 2015, par rapport à 1990, le nombre de personnes vivants dans une extrême pauvreté, aura été atteint avant l’échéance de 2015», selon l’organisation. Les progrès sont «considérables» selon Martin Ravallion, directeur du groupe de recherche et responsable des statistiques. «Mais les 663 millions qui ont franchi le seuil de pauvreté sont toujours pauvres» et «cela trahit leur situation vulnérable», ajoute-t-il. Et malgré tout, 1 milliard de personnes devraient vivre sous le seuil d’extrême pauvreté en 2015.

Selon les estimations actuelles de la Banque mondiale, 1,29 milliard de personnes vivaient avec moins de 1,25 dollar par jour en 2008, soit 22% de la population des pays en développement. En 1981, ils étaient 1,94 milliard. Pour la première fois depuis que l’enquête a été réalisée, la baisse de l’extrême pauvreté s’observe aussi bien en pourcentage qu’en valeur absolue.

Pas seulement en Chine

L’institut se réjouit de l’ampleur du phénomène, d’autant qu’il ne se limite pas à un «effet chinois». Dans les pays en développement hors de la Chine, l’extrême pauvreté est passée de 41% en 1981 à 25% en 2008. Dans l’Empire du Milieu, 64% de la population vivait avec moins de 1,25 dollar par jour en 1992; 13% sont encore dans cette situation. L’ouverture à l’économie de marché a provoqué une forte amélioration des conditions de vie pour toute la population. Et grâce à la Chine, il est indiscutable que la baisse la plus forte s’est produite en Asie de l’Est et Pacifique (de 77% à 14% en 27 ans).

Toutes les régions du monde présentent une baisse de l’extrême pauvreté. L’Afrique subsaharienne également. Pour la première fois depuis 1981, moins de la moitié de la population (47%) vit avec moins de 1,25 dollar par jour (51% en 1981). L’extrême pauvreté a diminué de 9 millions de personnes dans cette région durant l’actuelle crise économique.

Dans les autres régions, la proportion est tombée à 6,5% en Amérique latine, à 2,7% au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et à moins de 0,5% en Europe orientale et Asie centrale.

Plus forte intégration
de l’économie mondiale

Les raisons de ce progrès sont à chercher en partie dans la croissance économique. La NZZ écrit que, depuis 1950, 13 pays sont parvenus à augmenter leur PIB d’au moins 7% par an durant 25 ans. La Commission dirigée par Michael Spence pour la Banque mondiale ajoute une autre raison, une plus grande ouverture et une plus forte intégration de l’économie mondiale, permettant une augmentation des échanges d’idées, de savoir-faire et de technologies. Cette ouverture a accéléré l’amélioration des conditions de vie, de santé et de formation. Mais il reste beaucoup à faire. Un autre rapport de la Banque mondiale estime que le taux de scolarisation des filles au Mali est équivalent à celui des Etats-Unis en 1810.

Reproduire
Texte - +