Texte - +
Imprimer
Tennis jeudi 19 janvier 2012

Lleyton Hewitt, toujours debout

(Vivek Prakash/Reuters)

(Vivek Prakash/Reuters)

Le choc prometteur entre l’Australien et Andy Roddick, deux anciens numéros un, a tourné court avec l’abandon de l’Américain au début du quatrième set. Pour le reste, la journée de cet open d’Australie a été calme avec notamment la qualification pour le troisième tour de Novak Djokovic, Andy Murray, Jo Wilfried Tsonga et David Ferrer

C’était l’affiche de nuit de la Rod Laver Arena. Lleyton Hewitt versus Andy Roddick. L’affrontement de deux anciens numéros un sur le déclin. Le bras de fer a tourné court. Après avoir remporté le premier set 6-3 et perdu les deux suivants 6-3 6-4, l’Américain a jeté l’éponge. Blessé au tendon du biceps crural. Réaction de son adversaire australien, le miraculé des courts après ses opérations à la hanche, aux genoux et récemment au pied et toujours en vie dans ce tournoi.

Avez-vous remarqué qu’il y avait un problème avec?

Lleyton Hewitt: Je n’étais pas sûr. Après avoir fait le break dans le deuxième set, j’ai vu qu’il n’était pas très à l’aise dans le jeu suivant, mais je ne l’ai pas entendu tout de suite appeler le médecin. Quoi qu’il en soit, c’était un match difficile. Mentalement, c’est une sacrée performance car tu sais l’autre diminué mais ne même temps tu dois rester concentrer. Ce d’autant plus que son service restait puissance et efficace. Et je suis content de ma forme physique. Nous avons quand même joué deux heures et demie et mon corps a bien tenu le coup. Comme je n’ai pas beaucoup joué ces derniers temps, je ne sais jamais à quoi m’attendre.

Vous étiez très ému après votre victoire au premier tour…

Je suis toujours très excité de gagner un match à l’open d’Australie. En plus, là je reviens d’une opération au pied. Je n’étais pas à 100% que je serais capable de jouer. Le fait de pouvoir venir ici et que cela se passe bien jusqu’à maintenant est quelque chose de très fort pour moi.

Etes-vous triste pour Roddick?

Oui. C’est un grand compétiteur. Il l’a toujours été. Il est comme moi. Il joue avec son cœur et remonte ses manches sur un court. C’est toujours dur de jouer blessé et de devoir abandonner un match.

Texte - +