Texte - +
Imprimer
allemagne mercredi 18 juillet 2012

Un nouveau CD de données bancaires volées aurait été acheté

Agences

Wolfgang Schäuble est critique face aux rachats de CD. (Reuters)

Wolfgang Schäuble est critique face aux rachats de CD. (Reuters)

Un nouveau CD de données bancaires concernant des fraudeurs du fisc allemand a été acheté par le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie

Un nouveau CD de données bancaires concernant des fraudeurs du fisc allemand a été acheté par le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, rapporte mercredi le journal d’outre-Rhin Bild. Ce Land aurait acquis cette semaine les données de clients d’une grande banque suisse, précise-t-il sans fournir de source à l’appui de cette affirmation.

«En ce moment, il y a beaucoup d’offres de vente de données en provenance de la Suisse», émanant soit de «pirates et experts en informatique, de conseillers en clientèle dans des instituts financiers ou de petits voyous qui ont des amis en banque», explique un enquêteur du fisc, cité par Bild.

L’achat de données bancaires obtenues de manière illégale empoisonne depuis des années les relations entre Berlin et Berne qui ont signé au printemps un accord pour éradiquer l’évasion fiscale.

«Mains liées»

Cet accord doit encore être ratifié, mais cette étape bute sur l’opposition des Etats régionaux allemands contrôlés par l’opposition sociale-démocrate, dont la Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Les puissants Länder jugent le texte trop clément avec les fraudeurs et les banques suisses.

«Chaque Etat fédéral doit prendre ses responsabilités. Si l’on ne parvenait pas à un accord, cela maintiendrait la situation juridique actuelle, qui est extrêmement insatisfaisante», a pour sa part estimé mercredi le ministre fédéral des Finances Wolfgang Schäuble, critique face aux rachats de CD, lors d’une interview au journal Rheinische Post.

Pour la présidente de la Confédération Eveline Widmer-Schlumpf, l’acquisition illégale de données bancaires suisses par des autorités allemandes n’est plus permise en raison de l’accord fiscal passé entre les deux pays. Elle l’a répété mardi soir sur les ondes de la radio alémanique SR.

La cheffe du Département fédéral des finances (DFF) a toutefois reconnu que jusqu’à la ratification et l’entrée en vigueur de cet accord, le gouvernement allemand avait «les mains liées» et qu’il ne pouvait pas encore interdire aux Länder d’acquérir ces données bancaires.

Texte - +