Texte - +
Imprimer
Zoologie jeudi 16 février 2012

Petit oiseau mais grand voyageur

AFP

(Philippe Kurlapski)

(Philippe Kurlapski)

Le traquet motteux, au vol phénoménal, a enfin été suivi dans ses déplacements

Petit oiseau de seulement 25 grammes, le traquet motteux pourrait bien être le recordman toutes catégories de la migration: il passe la saison chaude dans l’Arctique et hiverne en Afrique subsaharienne, parcourant près de 30 000 km aller-retour chaque année, révèle une étude publiée mardi dans la revue Biology Letters de l’Académie des sciences britannique.

Si l’on savait que ces petits passereaux insectivores se reproduisent dans le nord du Canada et en Alaska et qu’ils migrent vers différentes régions d’Afrique, les scientifiques ignoraient jusqu’à présent avec précision s’ils suivent tous la même route et si les différents groupes de traquets motteux (Oenanthe oenanthe) se mélangent.

Faute de disposer de balises suffisamment petites pour être fixées sur un oiseau pesant l’équivalent de deux cuillères à soupe de sel, les allées et venues de l’oiseau restaient un mystère.

De l’Alaska au Kenya

Grâce à des engins de géolocalisation miniaturisés de seulement 1,2 gramme, des biologistes canadiens et allemands ont enfin pu suivre les traquets durant plusieurs mois et sur de longues distances.

Des traquets d’Alaska ont passé l’automne à survoler la Russie et le Kazakhstan avant de traverser le désert d’Arabie et de s’installer pour l’hiver en Afrique de l’Est, aux confins du Soudan, de l’Ouganda et du Kenya. D’autres traquets, marqués sur l’île de Baffin (côte arctique orientale du Canada), se sont dirigés vers les îles Britanniques avant de parcourir le sud de l’Europe, de franchir le Sahara et de s’établir en Mauritanie.

Le traquet motteux est le seul oiseau terrestre connu qui relie physiquement deux écosystèmes radicalement différents entre le Vieux Monde et les régions arctiques du Nouveau Monde.

Texte - +