Texte - +
Imprimer
Reproduire
édition samedi 30 juin 2012

Un projet éditorial «sauvage»

Torticolis et Frères se lance à La-Chaux-de-Fonds

Genre: Roman
Qui ? Alexandre Correa
Titre: Nuisibles
Chez qui ? Torticolis et Frères, 142 p.

Nouveau venu dans le paysage romand de l’édition littéraire, Torticolis et Frères attire l’attention à la fois par son nom improbable et par l’élégance graphique de ses premiers ouvrages, trois petits livres agréables à l’œil, au toucher et bien sûr à la lecture, même s’ils sont imprimés à moindre frais à Novi Sad, en Serbie. Autre trait de caractère, ce nouvel éditeur est établi à La Chaux-de-Fonds. Des maisons d’édition sont apparues depuis quelques années dans les montagnes neuchâteloises, comme le puissant G d’Encre lancé il y a une décennie par l’imprimeur Louis-Georges Gasser au Locle, ou, plus récemment, Olivier Morratel Editeur (il publie notamment Jean-Louis Kuffer et a fait découvrir Quentin Mouron).

Fondateurs de Torticolis et Frères, Alexandre Correa et Tristan Donzé tendent à transposer dans le domaine éditorial un certain esprit «do it yourself » hérité de l’univers de la musique rock dont ils sont issus. Tout est parti de leur envie de traduire et de publier en français Neustart Schweiz , devenu Redémarrer la Suisse , essai signé du mythique auteur utopiste zurichois p.m. (initiales les plus répandues en Suisse), paru en 2010 aux Editions Zeitpunkt. Correa et Donzé y ont ajouté leurs propres textes, Nuisibles pour le premier, roman jonchant la métropole horlogère de cadavres et montrant un tueur en série aussi étrangement serein qu’une police étrangement impuissante; Quand ça sent le sapin pour le second, qui propose sous son titre très couleur locale une histoire au goût d’adultère non consommé entre un jeune Jurassien bernois amoureux de «La Jurassienne», idéal de liberté, d’esprit et de poésie finalement décevant.

Les deux compères, enseignants de français et d’histoire de l’art pour Correa, de philosophie pour Donzé, n’entendent pas en rester là. Un peu en marge des créneaux classiques de l’édition, engagement bénévole et distribution artisanale leur permettent de vendre les livres quinze francs «sans se trouver dans le rouge». Ils pratiquent des principes associatifs, tissent des réseaux solidaires, un peu sur le modèle des Editions de la Vachette alternative, animées par Laurent Guenat aux Bayards (encore le Jura neuchâtelois!). Durable, Torticolis et Frères? En tout cas, deux nouvelles publications sont annoncées pour l’automne, un récit de vie signé Domingo Moreira, employé des services de la voirie à Neuchâtel, et un recueil de nouvelles au titre racoleur, Fille facile , signé Duna Miralles, auteure notamment de Swiss Trash , un best-seller suisse romand du début des années 2000.

Reproduire
Texte - +