Texte - +
Imprimer
microfinance jeudi 09 février 2012

Les fonds dégagent un rendement moyen de 4,2% par an

Depuis la crise financière, les écarts de rendement se creusent entre les véhicules suisses spécialisés dans le microcrédit

Publié le mois dernier, un rapport d’une trentaine de pages fait l’inventaire des investissements suisses en microfinance. Réalisé par Symbiotics avec le soutien de la Direction du développement et de la coopération (DDC), il observe que «dans l’ensemble, les performances des fonds en microfinance restent stables au cours du temps, avec un rendement net moyen de 4,21% en dollars [par an] pour l’investisseur».

Néanmoins, la crise financière perturbe la situation. Depuis 2009, les taux d’intérêt de référence ont été abaissés par les banques centrales. Les institutions de microfinance ont ainsi pu se refinancer à meilleur marché; cela a pesé sur le gain espéré par leurs créanciers. La stabilité des fonds de microcrédit a en outre attiré beaucoup d’investisseurs, dont l’argent n’a pu être investi immédiatement faute de demande, note encore le rapport. Certains fonds ont vu leurs liquidités «monter en flèche, et cela a produit un effet négatif sur leur rendement». Les rendements entre les véhicules d’investissement ont alors diver­gé­, comme le montre le graphique. Ceux de Finethic, de Bluorchard ou encore de Respons­Ability étaient très proches jusqu’à fin 2008. Depuis, le premier a pris de l’avant.

Par ailleurs, le rapport estime que, sur les 8,3 milliards de dollars investis fin 2010 dans la microfinance à travers le monde, 2,3 milliards (27% du total) étaient gérés de Suisse, ce qui en fait un des leaders mondiaux.

Texte - +

En partenariat avec