Texte - +
Imprimer
Reproduire
test lundi 26 mars 2012

Destinés à concurrencer le MacBook Air, les PC ultrabooks ne cessent de progresser

(DR)

(DR)

Fins, rapides et légers, ces ordinateurs portables deviennent plus puissants. Les prix ne devraient pas partir à la baisse ces prochains mois

On connaissait déjà les netbooks, ces mini-ordinateurs portables bas de gamme. Voici désormais que tous les fabricants de PC se mettent aux ultrabooks: des ordinateurs qui se veulent les concurrents directs du MacBook Air d’Apple. C’est Intel, le fabricant de microprocesseurs, qui a lancé le mouvement en 2011 en proposant aux concepteurs d’ordinateurs un cahier des charges à remplir très précis pour ces nouvelles machines: une épaisseur maximale de 21 mm pour un écran de 14 pouces, un design élégant (un châssis en aluminium est recommandé), un poids plume, un démarrage ultrarapide, une autonomie d’au moins cinq heures et, bien sûr, un processeur Intel à l’intérieur.

Les premiers ultrabooks sont apparus en automne 2011, les fabricants asiatiques Asus et Acer s’étant montrés les plus innovants, suivis rapidement par Toshiba. Aujourd’hui, ce sont HP, Samsung et finalement Dell qui se lancent, proposant tous des machines vendues – pour les configurations les plus simples – entre 1000 et 1200 francs en Suisse. A titre de comparaison, la version 13 pouces du MacBook Air débute à 1349 francs.

Nouveaux processeurs

Les ultrabooks actuels ne sont pas équipés avec un disque dur classique, mais avec un SSD (pour «solid state drive»), un peu similaire à une mémoire de clé USB. Les tout derniers ultrabooks sont dotés de mémoires hybrides, avec du SSD pour le démarrage et un disque dur (coûtant deux fois moins cher) pour le stockage. Côté processeur, Intel devrait présenter vers l’été ses processeurs de seconde génération pour les ultrabooks, avant de lancer la troisième vague en 2013. Cette année devrait voir le lancement, vers l’automne, de Windows 8 sur certains ultrabooks – ils sont aujourd’hui quasiment tous dotés de Windows 7.

Acer, qui vend sur le territoire américain des ultrabooks dès 699 dollars, expliquait récemment ne pas gagner d’argent à ces tarifs. Il n’y a donc guère d’espoir, à écouter les responsables de fabricants de PC, de voir les prix baisser. Samsung a présenté récemment un prototype d’ultrabook doté d’un écran tactile, mais il y a peu de chance que ce genre d’écran soit intégré dans un PC de ce type.

Reproduire
Texte - +