Texte - +
Imprimer
performance mercredi 01 février 2012

Obligations

«Nous étions trop optimistes»

Karl Stettler, gérant du fonds Swisscanto (CH) Bond Fund Opportunities EUR (184,7 millions sous gestion), a opté pour des positions très défensives. Son fonds (+2,81%) figure parmi les meilleurs véhicules concentrés sur l’obligataire européen. Le gérant, qui investit à 60% dans des emprunts souverains et 40% dans de la dette d’entreprise, veut prendre un peu plus de risque en 2012. Certains emprunts de sociétés ont déjà été ajoutés au portefeuille pour profiter de leurs valorisations intéressantes. Mais il préfère pour l’instant rester à l’écart des pays de la périphérie de l’Europe.

Claus Meyer-Cording, gérant du fonds DWS Invest Euro-Gov Bonds LC chez DWS (-1,89% et 43,31 millions sous gestion), a opté pour une stratégie opposée. Concentré sur les obligations souveraines, il était parti du principe que la zone euro n’allait pas éclater. «Nous étions trop optimistes après le sommet européen de juillet, et les tensions pendant l’été ont pesé sur notre portefeuille», reconnaît Claus Meyer-Cording. A court terme, il ne voyait pas d’intérêt à investir dans la dette allemande et s’est concentré sur les emprunts des pays périphériques ayant une note dite de niveau investissement. «C’était un peu trop tôt, mais il est difficile de déterminer le timing parfait et, d’un point de vue fondamental, la situation s’est maintenant améliorée et les réformes sont en marche», juge-t-il. Pour 2012, il privilégie un portefeuille équilibré d’obligations d’Etats du centre et de la périphérie.

Texte - +