Texte - +
Imprimer
Reproduire
court-CIRCUIT lundi 20 février 2012

Le rôle des chiens de garde

Quel est le point commun entre Sony Music et Google? Réponse: les deux viennent de se faire démasquer pour des pratiques pour le moins douteuses ces derniers jours. Des dénonciations qui illustrent tant la légèreté, voire le mépris de certains acteurs majeurs du monde numérique, que l’importance d’une surveillance étroite de leurs activités.

A coup sûr, Sony Music remporte la palme de l’originalité. Il y a une semaine, quelques heures après le décès de Whitney Houston, plusieurs internautes remarquent que le prix de deux de ses albums explose sur le magasin iTunes anglais, The Ultimate Collection s’envolant de 4,99 à 7,99 livres. Sony Music s’aplatit mardi, invoquant «une erreur interne due à une erreur commise par un employé», mais le dommage à la réputation est irrattrapable.

Vendredi, c’est au tour du Wall Street Journal de lever un autre lièvre. Le quotidien découvre, avec l’aide d’un expert indépendant, que Google et d’autres entreprises de publicité utilisent des codes de programmation spéciaux, cachés dans les commandes du navigateur web Safari d’Apple, pour surveiller et enregistrer les habitudes de navigation des internautes. Google plaide sa bonne foi, mais il apparaît que deux de ses équipes d’ingénieurs travaillaient avec des objectifs bien différents.

Deux petits exemples qui illustrent l’importance de chiens de garde dans le monde numérique. Même si l’on se doute que seule la pointe émergée de l’iceberg est visible.

Reproduire
Texte - +