Texte - +
Imprimer
Economie & Finance vendredi 29 février 2008

Le Cenovis retourne en Argovie

François Pilet

Le trio d'entrepreneurs genevois qui s'était porté acquéreur de la marque Cenovis en 1999 s'en sépare. Celle-ci retourne dans le giron de la société argovienne Sonaris qui produit depuis toujours cette pâte à base de levure.

Il y a neuf ans, le banquier Michel Yagchi avait acheté «sur un coup de cœur» cette marque tombée en désuétude au distributeur Gustav Gerig AG. Pour lui donner une nouvelle jeunesse, Michel Yagchi avait alors fait appel à Didier Fischer, un ingénieur agronome, et à Frank Guemara comme responsable financier.

«Notre but était de remettre ce produit au goût du jour, ce que nous sommes parvenus à faire, surtout en Suisse romande», explique Michel Yagchi. En 2001, grisés par la nouveauté, les administrateurs s'estimaient capables de «doubler, voire tripler les ventes». Résultat des courses, à force de campagnes publicitaires et de relookage marketing l'équipe a tout de même fait progresser le chiffre d'affaire de 7% par an en moyenne ces sept dernières années.

La marque se décline aujourd'hui en trois produits: sous forme de pâte à tartiner, de condiment liquide et en poudre. Ce dernier restant confidentiel est très peu distribué. La pâte a connu un vif succès ces dernières années en Suisse romande, tandis que les Alémaniques lui préfèrent le condiment liquide, largement disponible dans les épiceries comme en grandes surfaces.

Ce «Cenovis Graben» fait dire à Michel Yagchi que la pâte à tartiner recèle encore un large potentiel outre-Sarine, ce qui justifie à ses yeux le retour de la marque au sein de la société Sonaris, qui possède un meilleur réseau sur ce marché. Le montant de la transaction n'est pas dévoilé. Michel Yagchi confie simplement que l'opération «n'a pas été un tabac financier». Le banquier restera actionnaire minoritaire. De son côté, Didier Fischer poursuivra son activité de redresseur de marques assoupies en reprenant la direction opérationnelle de la distillerie Morand à Martigny.

Texte - +
Publicité