Texte - +
Imprimer
Société vendredi 13 juin 2003

Un camp pour ados propose d'étudier des baleines en Méditerranée à bord d'un voilier

Anton Vos

Pour la première fois la Swiss Cetacean Society (SCS), basée à Lausanne, a réservé un ketch de 25 mètres de long pour des camps d'écologie marine en Méditerranée destinés aux adolescents de 14 à 18 ans. Du 28 juin au 4 juillet, puis du 5 au 11 juillet, deux groupes de 16 jeunes moussaillons auront la possibilité de vivre à bord de ce magnifique deux-mâts et de participer à une série d'activités scientifiques et didactiques. Les deux spécialistes qui les accompagnent leur enseigneront l'écologie des mammifères marins et les menaces qui planent sur eux. L'observation directe des animaux sera complétée notamment par des manipulations simples de chimie permettant de révéler l'invisible, tels le sel, les phosphates, sulfates ou encore le plancton contenus dans l'eau de mer.

«Le but de ces deux camps, ce n'est pas tant de sensibiliser les jeunes à l'écologie du littoral français, qui n'est pas plus ni moins importante que l'écologie en Suisse ou ailleurs, explique Max-Olivier Bourcoud, président de la SCS. Il s'agit plutôt de leur enseigner un comportement plus respectueux vis-à-vis de la nature en général. C'est l'occasion de comprendre pourquoi la protection de la mer commence par des habitudes, des gestes de chacun, chez soi, même depuis la Suisse.»

Perturbé sans cesse par les yachts de milliardaires en mal de sensations fortes, les ferries rapides qui baladent des milliers de touristes par jour et par la pollution en général, le monde du silence ne mérite plus son nom depuis longtemps, en tout cas au large de la Côte d'Azur. Pourtant, la mer de Ligure est devenue depuis peu un sanctuaire marin. C'est là en effet, en raison d'une conjonction particulière des courants marins, que remontent chaque été des eaux froides riches en nutriments pour les cétacés. Ces derniers s'y retrouvent donc pour constituer des réserves pour l'hiver. La France, l'Italie et Monaco se sont finalement mis d'accord en 2001 pour protéger cette région située entre la Côte d'Azur, la Corse, la côte ligure et la Sardaigne.

Ce nouveau sanctuaire est la plus grande zone marine protégée en mer Méditerranée et la première dans l'hémisphère Nord à inclure des eaux internationales. Sa surface représente deux fois celle de la Suisse. Au total, quelque 2000 baleines et 20 000 à 45 000 dauphins s'y retrouvent pour un grand festin estival. On recense 18 espèces de cétacés dont sept sont observables tout au long de l'année. La Méditerranée compte des rorquals communs, la deuxième plus grande baleine du monde, des cachalots et toute une série de dauphins. Certains témoignages ont aussi fait état d'orques. Mais cette information n'a pas été dûment confirmée.

Si la zone d'alimentation des mammifères marins a pu être localisée et protégée, un grand mystère recouvre encore la zone de reproduction. C'est pour cela que la SCS poursuit ses expéditions scientifiques, organisées depuis maintenant six ans de juillet à août. Destinées aux écovolontaires adultes cette fois-ci, les quinze missions prévues au programme cette année ont pour but de recenser les mammifères marins et d'étudier leur distribution. Les données sont transmises à la Commission internationale pour l'exploration scientifique de la Méditerranée.

Prix des stages: 1100 francs par personne. Ce prix comprend le ravitaillement et la location du bateau. Pour les camps réservés aux jeunes, un rabais de 20% est accordé au petit frère ou à la petite sœur qui accompagnerait l'adolescent. Le voyage jusqu'à la Côte d'Azur n'est pas compris dans le prix. Renseignements et inscription: Sidonie Chevrier. Tél. 078/ 895 05 13, sidorion@whale-mail.com. Pour les stages réservés aux adultes: 021/311 84 17. Internet: http://www.oenology.ch/scs

Texte - +