Texte - +
Imprimer
Attentat d’IBM mercredi 20 juillet 2011

Peines de prison ferme requises

ATS

Le Tribunal fédéral de Bellinzone, au Tessin, entouré de policiers. (Keystone/Karl Mathis)

Le Tribunal fédéral de Bellinzone, au Tessin, entouré de policiers. (Keystone/Karl Mathis)

Le verdict tombera vendredi dans le procès des trois écoterroristes accusés d’avoir préparé un attentat contre le centre d’IBM près de Zürich. Les prévenus risquent la prison ferme.

La prison ferme a été requise mercredi contre trois prévenus jugés depuis mardi par le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone pour actes préparatoires d’attentat, dissimulation, transport et commerce illégal d’explosif. La défense a plaidé l’acquittement. Le verdict sera prononcé ce vendredi.

Le Ministère public de la Confédération (MPC), n’a pas de doute: «Costa», un agriculteur italien de 34 ans fondateur du mouvement anarchiste-insurrectionnel «Il Silvestre», sa femme Silvia, une étudiante de 29 ans, et «Billy», un Tessinois de 26 ans résidant en Italie, étaient bien sur le point d’accomplir un attentat à l’explosif contre le centre de recherche en nanotechnologies d’IBM à Rüschlikon (ZH), alors en chantier. Risque de récidive

Les trois accusés ont été stoppés près de leur but par un contrôle de la police routière zurichoise qui a découvert du matériel explosif, des mèches d’allumage, de l’essence et du gaz propane dans la voiture louée au Tessin. Depuis ce 15 avril 2010, les inculpés sont en détention préventive à Berne, Bienne et Thoune où ils sont soumis à un régime d’isolement total.

Estimant que l’attentat, s’il n’avait pas été déjoué de justesse, aurait pu causer des millions de francs de dégâts, voire faire des victimes, le procureur Hansjörg Stadler a requis respectivement trois ans et demi, trois ans et trois mois ainsi que trois ans de réclusion. Il ne s’est pas opposé à l’octroi du sursis. «Le risque de récidive est grand», a-t-il dit. Acquittement demandé

La défense plaide l’acquittement

Les avocats des accusés ont plaidé l’acquittement: tour à tour, Mes Marcel Bosonnet, Claude Hentz et Christian Meier du barreau de Zurich ont contesté les conclusions du MPC. Selon eux, l’accusation d’actes préparatoires d’attentat ne peut pas être retenue par la cour, en l’absence de preuves concrètes que le matériel saisi aurait effectivement causé des dégâts s’il avait été actionné.

En conclusion des débats, le président du TPF Walter Wüthrich a donné la parole aux accusés. L’étudiante italienne de 29 ans s’est exprimée au nom du trio. Durant plus d’une heure et demie, elle a dénoncé l’activité d’IBM, pointant le doigt contre les nanotechnologies et autres méthodes amenant «au contrôle total de la vie humaine» et à la mise en péril des populations mondiales. Jugement vendredi

Le juge Wüthrich, qui avait mis la prévenue en garde contre une «prise de position politique», ne l’a cependant pas interrompue. Durant son long discours, les activistes qui, depuis mardi matin, manifestaient bruyamment et sans cesse à coups de sirène et au moyen de mégaphones ont gardé un silence de plomb. Le verdict sera prononcé vendredi à 15h00.

Texte - +