Texte - +
Imprimer
Reproduire
Conseil fédéral lundi 27 septembre 2010

La grande rocade

Les sept conseillers fédéraux. (montage Le Temps / Keystone)

Les sept conseillers fédéraux. (montage Le Temps / Keystone)

Simonetta Sommaruga à la Justice et Police, Johann Schneider-Ammann à l’Economie, Eveline Widmer-Schlumpf aux Finances, Doris Leuthard au DETEC: le Conseil fédéral a opéré ce lundi la grande rocade à laquelle personne ne s’attendait vraiment. Tous les départements sauf les Affaires étrangères auront changé de chef en moins de 18 mois. Le PS grince des dents

Les faits

Le Conseil fédéral a surpris tout le monde lundi avec la nouvelle répartition des dicastères. Voici les nouveaux chefs de département et leurs suppléants dans le détail:

Département fédéral de justice et police (DFJP): Simonetta Sommaruga (PS)

Département fédéral de l’économie (DFE): Johann Schneider-Ammann (PLR).

Département fédéral des finances (DFF): Eveline Widmer-Schlumpf (PBD).

Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC): Doris Leuthard (PDC).

Département fédéral des affaires étrangères (DFAE): Micheline Calmy-Rey (PS).

Département fédéral de l’intérieur (DFI): Didier Burkhalter (PLR).

Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS): Ueli Maurer (UDC).

Le Conseil fédéral confirmera formellement cette répartition lors de sa séance du 3 novembre, qui sera la première en présence de Simonetta Sommaruga et Johann Schneider-Ammann.

Commentaire, Yves Petignat

C’est d’abord un camouflet pour le Parti socialiste qui espérait conserver le département de l’Energie et des Infrastructures ou, à défaut, l’Economie voire les Finances. Or, avec deux départements qui pèsent peu sur la direction des affaires, soit les Affaires étrangères et la Justice et Police, le PS voit son influence réduite à un an des élections fédérales de 2011. Comme si le centre droit voulait confirmer la défaite de la gauche sur l’assurance-chômage dimanche. Pour le PS, il «s’agit d’une action punitive»

L’autre information surprenante est le passage d’Eveline Widmer-Schlumpf aux Finances. Un département pour lequel elle ne manque pas d’expérience, comme ancienne patronne des Finances grisonnes. C’est un signal adressé à l’UDC: le centre droit n’est pas prêt à lâcher aussi facilement, l’an prochain, la ministre chassée par le parti de Christoph Blocher. Il y a un début d’alliance passé entre les partis du centre droit, PLR et PDC, avec le minuscule PDB d’Eveline Widmer-Schlumpf.

L’arrivée du patron Johann Schneider-Ammann à l’Economie est logique, notamment au regard des décisions de politique sociale et des négociations bilatérales avec l’UE. Quant au passage de Doris Leuthard au département des Infrastructures, c’est surtout le triomphe de Christophe Darbellay, le président du PDC, qui réclamait ouvertement le retour de ce ministère en mains bourgeoises, notamment dans la perspective du débat sur le nucléaire.

Cette grande rocade, dans laquelle la gauche a été mise en demeure d’accepter ce qu’on lui laissait, ne laisse pourtant pas présager d’un Conseil fédéral qui travaillera plus harmonieusement.

Reproduire
Texte - +