Texte - +
Imprimer
Commenter
Reproduire
vie numérique jeudi 08 mars 2012

Le blog est-il le nouveau journalisme d’opinion?

(AFP)

(AFP)

Un grand journal est-il responsable du contenu des blogs qu’il abrite? Au cœur de la campagne présidentielle, L’Express est mis face à la question

Et si le blogging marquait le retour à un journalisme plus engagé, aux opinions plus marquées? A l’heure où la présidentielle française nourrit tous les débats hexagonaux, un post paru la semaine dernière sur le site de L’Express met la problématique en perspective. Plutôt qu’un simple billet, à vrai dire, il s’agit d’une véritable enquête, mais dont l’objectif, plus que d’informer, est de convaincre. De quoi? De la mainmise de Nicolas Sarkozy sur le Journal du Dimanche. Et ce à tous les niveaux, par le biais de multiples amitiés, depuis le propriétaire Arnaud Lagardère jusqu’au rédacteur en chef Bruno Jeudy en passant par le directeur Jérôme Bellay.

Le texte, plutôt long et bien ficelé, est signé Frédéric Martel, écrivain, journaliste à France Cultur e, et anti-sarkozyste assumé, qui alimente un blog tout au long de la route vers le prochain quinquennat. Le travail d’investigation a été fait, mais Martel va plus loin. Il partage ses intuitions, ses déductions, ses suppositions avec le lecteur. Il mêle le fait à l’opinion. Instrumentalisation? Catalysées par la démarche argumentaire, les informations s’organisent en faisceau. Naviguer entre la convergence d’indices à la preuve formelle, c’est tout l’art de la démarche, sa part de flou aussi.

Les gardiens de la déontologie crieront au sacrilège. Frédéric Martel, lui, promeut ce retour à un journalisme engagé, et le lecteur se régale. Le problème, c’est que Lagardère n’a pas tellement apprécié qu’on dise que Sarkozy est «le véritable patron du Journal du Dimanche», et a annoncé sa volonté de porter plainte. L’un des points discutables du papier étant l’absence de témoignages en «on», c’est-à-dire de sources dont on connaît l’identité – les journalistes du JDD interrogés ont tous choisi l’anonymat.

Dès lors, qui serait dans le box de la défense? Le journal? Le blog? Ou Martel lui-même? La question est d’autant plus épineuse que les textes publiés sur les blogs ne sont pas relus, comme l’a indiqué le rédacteur en chef Eric Mettout sur le site de L’Express. Les blogueurs «ont droit à la mauvaise foi, leurs prises de position sont les leurs, pas celles du site ou du journal», précise-t-il.

La question de fond est donc de savoir si le blogging relève ou non du journalisme traditionnel, s’il doit s’astreindre aux mêmes règles. Si, sur ce genre de plateformes, une tribune libre peut prendre les traits d’une enquête étayée, et chercher à convaincre en faisant usage d’objectivité autant que de subjectivité. Quelle voix s’exprime le plus fort: le média ou la signature? Devant l’ampleur du débat, le rédacteur en chef Eric Mettout a avoué avoir «un peu la gueule de bois». On le comprend.

Reproduire
Commenter
Texte - +