Texte - +
Imprimer
Reproduire
Vie numérique jeudi 09 février 2012

Mon ami russe de Bamako

Près de 71% des 300 milliards d’e-mails envoyés chaque jour sont des pourriels. (AFP)

Près de 71% des 300 milliards d’e-mails envoyés chaque jour sont des pourriels. (AFP)

Les spams fleurissent dans nos boîtes aux lettres électroniques quand ils ne terminent pas dans la section «courriers indésirables». Que se passe-t-il quand on leur donne suite?

Un matin comme un autre devant mon ordinateur. En bas à droite, la petite fenêtre du nouveau message s’illumine. Expéditeur? Paul Martinez. Objet du mail? VOTRE RÉPONSE SVP! Le contenu? «Je suis vieux et malade mais également très riche. Je souhaite faire don de mes biens à quelqu’un qui saura bien l’utiliser. J’aimerais que vous acceptiez de servir d’administrateur légal. C’est lors d’une balade sur Internet que j’ai trouvé votre adresse, etc. etc.» Bigre! Et c’est sur moi que ça tombe?

Avec une nouvelle adresse e-mail créée de toutes pièces, je réponds sans tarder. «Cher Monsieur, je suis enchanté de faire votre connaissance, et serais ravi de bien utiliser votre argent. Mais comment pouvez-vous faire confiance à un illustre inconnu?»

La réponse tarde… Et pour cause, elle était dans mes courriers indésirables. M. Martinez m’explique alors dans un e-mail complètement impersonnel (et certainement automatique), qu’il est ravi que je l’aide. Il me donne l’adresse d’un cabinet d’avocat à Bamako que je dois contacter pour recevoir la somme d’argent. Il joint une photo de lui, dans un lit d’hôpital. J’essaie de lancer un coup de fil au Mali, je tombe sur le répondeur. L’adresse de son cabinet est introuvable sur Google Maps.

J’écris donc un aimable courriel – à cette adresse qui se termine par un étonnant. ru, un Russe? – et lui demande la marche à suivre. Coup de chance! Il revient justement du Ministère de la Justice, de l’Economie et des Finances (rien que ça!) et m’envoie en pièces jointes divers documents estampillés de toutes les attestations officielles possibles. Il me demande de lui envoyer 370 euros (via la Western Union plus rapide et fiable ou par Money Gram). Les 800 000 euros devraient rapidement me revenir en retour.

Après quelques recherches sur la toile, je tombe sur des forums qui évoquent le nom de cet avocat. Des gens qui se plaignent de s’être fait avoir: Je ne sais pas de quelle magouille il s’agit mais il faut arrêter ces malfaiteurs dans l’immédiat, explique une certaine Laurence. Sans me démonter, j’envoie l’adresse de ce forum à mon ami de Bamako en lui demandant comment il explique qu’on puisse le prendre pour un malfrat.

Il ne se laisse pas démonter: «le site me surprend vraiment. Il faut que je prenne contact avec l’ambassade des Pays-Bas, afin de porter plainte contre ces citoyens qui aux yeux du monde sali mon nom ainsi que celui de mon client». En guise de garantie, il joint sa carte d’avocat avec photo.

Les meilleures blagues étant les plus courtes, j’arrête là. Mais l’aplomb du bonhomme m’a surpris. Et si Mr. Martinez était vraiment sur son lit de mort? A vouloir donner de l’argent à un inconnu? C’est de ce doute qui a motivé les escrocs, en 2011, à envoyer l’équivalent de 71% des 300 milliards d’e-mails échangés chaque jour. De quoi faire rager les 3,146 milliards détenteurs d’adresses Internet autour de la planète.

Reproduire
Texte - +