Texte - +
Imprimer
Reproduire
genève vendredi 20 janvier 2012

Le PLR fait corps autour de Mark Muller

L’assemblée du Parti libéral-radical en veut surtout à la presse

En délicatesse depuis une semaine, et au soir même de son audition par la police (lire ci-contre), Mark Muller a pris part jeudi soir, comme les deux autres conseillers d’Etat PLR, à l’assemblée générale de la section genevoise de son parti. La séance était vouée aux mots d’ordre pour les votations du 11 mars. Mais un temps de parole a été consacré à l’affaire de la rixe dans laquelle Mark Muller a été impliqué au petit matin de Nouvel An dans une discothèque genevoise, le MàD. 2012 est «une année qui démarre fort pour le PLR» ironise le président du parti, Alain-Dominique Mauris.

Rappelant qu’il n’avait pas jugé les événements dignes d’un magistrat, le président a appelé le parti à l’unité. Il a critiqué la «rapidité» avec laquelle certains membres ont distillé des critiques dans les médias. «Les marins qui se la jouent individuels font peser un risque sur les autres», a averti Alain-Dominique Mauris.

«Nous sommes tous des êtres humains faillibles», a rappelé l’ancien conseiller municipal David Brolliet, qui a surtout dirigé ses critiques vers la presse dans une «affaire montée en épingle». Il a été mollement applaudi en appelant à soutenir le magistrat. La critique a été reprise par l’ancienne journaliste Françoise Buffat, «profondément choquée par l’acharnement de la presse aujour­d’hui». Déplorant l’image du parti «écornée depuis quelques jours», une militante a appelé à un «sursaut, au rassemblement des idées». Sur la même longueur d’onde, l’ancien conseiller d’Etat Claude Haegi a appelé à l’unité: «La dignité de vos réactions fait honneur au parti», a-t-il lancé à l’assemblée.

Mark Muller, dont il n’était initialement pas prévu qu’il prenne la parole, s’est finalement adressé aux membres. Evoquant «une semaine très dure», il s’est dit conscient de la situation dans laquelle il a mis le parti à cause de son comportement «inadéquat». «Je vous prie de bien vouloir accepter mes excuses», a-t-il conclu.

Reproduire
Texte - +