Texte - +
Imprimer
Reproduire
JOurnal des défilés (fin) lundi 12 mars 2012

Le sexe des hanches

Détails de silhouettes observées à Milan et à Paris lors des défilés automne-hiver 2012-2013. En haut, de gauche à droite: Lanvin, Hakaan et Vionnet.En bas: détails des collections Bally, Haider Ackermann et Givenchy. (Trendspot)

Détails de silhouettes observées à Milan et à Paris lors des défilés automne-hiver 2012-2013. En haut, de gauche à droite: Lanvin, Hakaan et Vionnet.En bas: détails des collections Bally, Haider Ackermann et Givenchy. (Trendspot)

Dernier épisode consacré aux défilés automne-hiver 2012-2013. Et zoom sur une tendance à la hausse: les volumes qui mettent en valeur les hanches.

Les ailes du désir. Rajoutées de chaque côté du bassin (ou dans le bas du dos, histoire de souligner la cambrure). Comme on peut le voir ci-dessus, des hanches qui déploient leurs volumes et qui ménagent comme de petites pistes d’atterrissage – «Mais laisse mes mains sur tes hanches», on connaît la chanson… Les hanches passent, gloria, des centaines de hanches dans nos campagnes, s’est-on dit à Milan puis à Paris où les marques faisaient défiler, ces dernières semaines, les collections pour l’automne et l’hiver 2012/13.

Des exemples de cette tendance vue partout? Chez Givenchy, dont on redit ici l’élégance hautement sexuelle du défilé, les très belles vestes se parent, dans le bas de leurs dos, de basques et de volumes. Chez Hakaan, les volants tournent autour des hanches comme pour installer un périmètre de sécurité. Hermès cultive les pantalons taille haute à plis généreux façon jodhpurs de cuir. Haider Ackermann, le roi incontesté des hanches, crée des robes qui semblent comme des mouchoirs ramenés sur le nombril, et qui frissonnent tels de langoureux cerfs-volants.

Sans doute cette tendance descendra-t-elle dans la rue dans sa version la plus simple, à savoir la veste dont le bas du dos s’orne d’un grand volant ou s’allonge en plis évasés. Un volume d’étoffes que les Anglo-Saxons appellent «péplum».

Ajoutons que cette valorisation de la taille va de pair avec une mode très pudique, voire carapaçonnée. Qu’elle souligne le retour, sur les podiums et les pubs, de modèles féminins plus matures et surtout moins androgynes. Que les impatientes trouveront, ces jours-ci déjà, de belles vestes volantées dans la collection été de Céline ou de magnifiques pantalons parés aux hanches chez Dries Van Noten.

Bien. Cet article touchant à sa fin, il ne reste plus qu’à lui trouver une chute. Va pour la plus affolante de toutes. Celle des reins.

Reproduire
Texte - +