Texte - +
Imprimer
classement jeudi 01 septembre 2011

La 5e avenue à New York est la rue la plus chère du monde

ATS

La 5e Avenue à New York est toujours en tête des avenues les plus chères du monde. (Reuters)

La 5e Avenue à New York est toujours en tête des avenues les plus chères du monde. (Reuters)

Selon une étude, la 5e Avenue à New York est toujours l’artère commerciale la plus onéreuse de la planète, et les Champs-Elysées, la plus chère d’Europe

La 5e Avenue à New York est toujours l’artère commerciale la plus onéreuse de la planète, selon une étude. La Bahnhofstrasse à Zurich glisse du 7e au 8e rang. L’avenue parisienne des Champs-Elysées, toujours à la 5e place mondiale, redevient la plus chère d’Europe.

Sa valeur locative a grimpé de 5,3% en une année, à 7364 euros par mètre carré et par an. Elle devance New Bond Street à Londres qui l’avait détrônée en 2010 mais dont la hausse était moindre en 2011 (+4,3% à 6901 euros) et qui rétrograde du 4e au 6e rang.

«Contrastant avec la baisse de 9,5% enregistrée l’an passé», la hausse de la valeur locative des Champs-Elysées «signe un certain retour en grâce» pour cette avenue récemment animée par plusieurs transactions significatives, selon l’étude publiée jeudi par le cabinet Cushman & Wakefield, qui évoque notamment les arrivées prévues de Marks and Spencer et Banana Republic.

New York, New York

Le trio de tête mondial reste inchangé: la 5e Avenue à New York est toujours la plus chère pour la dixième année consécutive, à 16’704 euros (+21,6%). Elle est suivie de Causeway Bay à Hong Kong (+16,7% à 14’426 euros) et Ginza à Tokyo (+8,7% à 7750 euros).

Pitt Street Mall à Sydney s’est en revanche hissée de la neuvième à la quatrième place avec un bond de 33,3% de sa valeur locative à 7384 euros. La Bahnhofstrasse zurichoise affiche pour sa part une valeur stable à 6553 euros (7673 francs) par mètre carré et par an.

Dans l’ensemble, les principales artères commerciales mondiales ont fait preuve de dynamisme. «En dépit de la fragilité du climat économique et du moral des ménages dans de nombreux pays», 81% des 278 emplacements analysés dans 63 pays ont enregistré une hausse ou une stabilité de leur valeur locative contre 66% en 2010.

Mais «une nouvelle progression importante et généralisée des loyers» paraît «désormais moins certaine», dans un contexte de crise de la dette et de ralentissement économique, selon les auteurs de l’étude.

Texte - +