Texte - +
Imprimer
Suisse & Régions jeudi 22 septembre 2005

Le PS genevois veut doter l'Etat de 800 millions de recettes

Cynthia Gani

L'Etat de Genève a besoin de 800 millions de francs. C'est en tout cas ce qu'a annoncé le Parti socialiste genevois à la presse mercredi. Pour le député Sami Kanaan, «la dette du canton a atteint des sommets inquiétants. L'image de Genève sur les marchés risque de se détériorer et nos prêteurs pourraient modifier les taux d'intérêt qu'ils nous offrent.»

Les socialistes le martèlent: «Genève traverse une crise des recettes, et non des dépenses.» Selon la présidente Laurence Fehlmann Rielle, le Conseil d'Etat fait fausse route en «continuant à s'enferrer dans son plan financier quadriennal, soutenu par la majorité de droite. Ce plan, qui prévoit de réduire le déficit budgétaire actuel d'environ 300 millions à 160 millions, est irréaliste.»

Du coup, le PS a élaboré son ­propre plan de «gestion durable des finances sur quatre ou six ans». En partant du principe qu'il ne suffit pas de combler le trou financier de l'Etat, mais qu'il faut aussi augmenter ses recettes de manière à relancer les investissements et dégager un bénéfice. D'où le chiffre de 800 millions.

Plus de contrôleurs fiscaux

Comment économiser? D'abord, l'Etat doit «assurer des recettes fis­cales conformes à la loi et les évaluer de manière réaliste». Car, selon le député Antoine Droin, le système d'estimation des recettes basé sur les années antérieures «péjore les résultats». Pour améliorer l'efficacité de l'administration fiscale (AF), le PS propose d'engager des taxateurs, de revoir les forfaits fiscaux accordés aux multinationales et de «résoudre les problèmes informatiques de l'AF». Recettes estimées: 200 millions.

Plus d'impôts

Autre mesure: supprimer le rabais d'impôts de 12% accepté par le peuple en 1999. Les deux initiatives lancées par la gauche pour taxer ­davantage les hauts revenus ont abouti: reste à savoir si les citoyens voteront en leur faveur.

Selon le député Alberto Velasco, «il est temps d'en finir avec l'enrichissement des plus riches, et l'écart qui se creuse par rapport aux plus pauvres. La population a augmenté de 13%, mais le nombre de fonctionnaires n'a haussé que de 2,75%.» Recettes estimées: 300 millions.

Les socialistes le reconnaissent: il y a un peu trop de gras dans le compte de fonctionnement de l'Etat. Selon Sami Kanaan, «sans toucher aux prestations, l'Etat pourrait faire des efforts accrus en matière d'organisation». Par exemple en supprimant quelques niveaux hiérarchiques, en diminuant les mandats externes, et en cessant de payer des loyers exorbitants. Economies estimées: 300 millions.

Les communes doivent aussi participer à l'effort financier, selon le PS: en assumant, par exemple, la charge du Fonds d'équipement communal. Recettes estimées: entre 80 et 100 millions. Toutes ces mesures sont destinées à assainir les finances «en douceur» et, surtout, sans recourir au mécanisme du frein à l'endettement.

Texte - +