Hans Steiner, la Suisse heureuse

mardi 8 février 2011. Figure majeure du photojournalisme helvète, Hans Steiner a été le témoin privilégié, entre les années 1930 et 1950, du passage d’une Suisse relativement pauvre et austère à une société de consommation tournée vers les loisirs. Après sa mort, en 1962, le photographe bernois était tombé dans l’oubli. «Chronique de la vie moderne» est à voir au Musée de l’Elysée à partir de ce 9 février
Hans Steiner a œuvré dans une période marquée par la guerre. Nombre de ses reportages tournent autour des lignes de front des années 1940, et une exposition de ses photographies de guerre est d’ailleurs organisée au Musée de l’Elysée en 1989. Mandaté par l’armée ou travaillant en indépendant, Steiner s’attache à la fois à montrer l’équipement dernier cri des militaires et le quotidien des soldats. Ici, un employé du service d’alerte contre la radioactivité à Berne. 1945-1950. © Musée de l’Elysée. Les photoreporters suisses, à l’époque, dévoilent les conditions de travail des ouvriers et de la paysannerie, documentent le chômage. Hans Steiner aborde également cette Suisse laborieuse. Un atelier des chemins de fer, dans les années 1945-1950. La Suisse méticuleuse. © Musée de l’Elysée. Mais le photographe, surtout, montre l’évolution du pays et les prémisses de la grande consommation. Le premier escalier roulant a été inauguré à Berne, dans un magasin Loeb, en 1957. © Musée de l’Elysée. Sportif, Hans Steiner immortalise les Helvètes s’adonnant à moult loisirs. Ici, son fils Jürg Steiner découvrant les joies du ski en 1940. © Musée de l’Elysée. Un match de football au stade de Wankdorf, à Berne, vers 1935. © Musée de l’Elysée. Les femmes sont très présentes dans l’œuvre du Bernois. Et la période documentée par Steiner est aussi celle de leur émancipation. Les clichés les montrent à ski, en avion, la cigarette au bec ou à la piscine. Berne, 1945-1950. © Musée de l’Elysée. Steiner s’est fait connaître dans le monde grâce à ses images de conquête de la face nord de l’Eiger. Ici, des jeunes pratiquant l’escalade vers 1950. © Musée de l’Elysée. Est-ce une commande? Hans Steiner a beaucoup travaillé pour la publicité. Cette machine est un lave-linge. 1945-1950. © Musée de l’Elysée. Le fonds Steiner, plus de 100 000 images, a été récupéré sans légende. En partenariat avec l’Unil notamment, un travail de reconstitution historique a été mené, mais il manque parfois certains détails. Ici, une foule se pressant vers un spectacle inconnu. 1950-1955. © Musée de l’Elysée. Les clichés de Steiner, bien ancrés dans leur époque, démontrent cependant un regard d’une étonnante modernité. Langage formel de l’avant-garde ou de la Nouvelle Objectivité, plongées et contre-plongées. La station de Crans-Montana, vers 1955. © Musée de l’Elysée.