Texte - +
Imprimer
corée du nord mardi 05 février 2013

Le mystère du téléphone de Kim Jong-un

AFP

(AFP)

(AFP)

Une photographie du dirigeant nord-coréen en possession d’un «smartphone» laisse la place à toutes les spéculations sur la marque de l’appareil

Une photo du numéro 1 nord-coréen Kim Jong-un le montrant en possession d’un smartphone suscitait un débat fiévreux mardi en Asie, et plus particulièrement en Corée du Sud, où le groupe Samsung s’est empressé de dire qu’il ne s’agissait pas d’un de ses téléphones portables.

La photo montre l’héritier de la dynastie communiste nord-coréenne fondée en 1948, présidant une réunion de hauts conseillers de défense et de sécurité la semaine dernière, vraisemblablement consacrée à la préparation d’un essai nucléaire. Sur la table, à la droite du dirigeant fumant une cigarette, un cendrier et un téléphone multifonctions noir.

Un iPhone?

La presse sud-coréenne spéculait sur la marque du téléphone. Pour certains médias il s’agit d’un Samsung, pour d’autres un HTC (Taïwan) et pour d’autres encore du célèbre iPhone d’Apple -- alors que Pyongyang fustige quasi quotidiennement son «ennemi juré» américain.

Samsung, numéro un mondial des portables en termes d’unités écoulées, a immédiatement démenti qu’il puisse s’agir d’un Galaxy. «Ce n’est pas un téléphone Samsung», a déclaré à l’AFP une porte-parole, suggérant un HTC.

L’agence du renseignement sud-coréen a également conclu qu’il s’agissait très vraisemblablement d’un HTC. L’industriel taïwanais s’est refusé à confirmer l’information mais a assuré apprécier «le soutien de tous les consommateurs».

Pas d’Internet

Les Nord-Coréens vivent dans l’un des pays les plus isolés et censurés au monde. Ils n’ont pas accès à Internet si l’on excepte une infime minorité de quelques centaines de personnes parmi l’élite et les étudiants, mais environ un million d’entre eux sont abonnés à un service de téléphonie mobile. Ils ne peuvent toutefois pas appeler l’étranger.

Les portables ont été introduits en 2008 grâce à un partenariat avec le groupe de télécoms égyptien Orascom et un intranet a été ouvert en 2002.

Texte - +