Texte - +
Imprimer
Reproduire
litterature mercredi 11 février 2009

Les éditions Suhrkamp à Berlin

Le déménagement de la célèbre maison d’édition de langue allemande de Francfort à Berlin met en émoi la république des lettres

Suhrkamp, l’une des maisons d’édition phares de langue allemande, quitte Gœthe pour Berlin, la ville où il faut être. Ce départ de Francfort, annoncé pour le printemps 2010, a provoqué une onde de choc dans la «république des lettres» allemande. Voisine de la plus grande foire européenne du livre, incarnant la grande tradition culturelle, assez élitiste, de ce qui fut l’Allemagne fédérale de Bonn, Suhr­kamp avait au fil des années su cultiver le côté provincial de Francfort pour mieux choyer ses auteurs.

Berlin, centre de la culture

Aujourd’hui, dit sa directrice Ulla Unseld-Berkéwicz, se réalise ce que son mari et précédent patron des éditions, Siegfried Unseld, avait prédit il y a plusieurs années: Berlin sera «le point décisif de la culture allemande dans tous les domaines». Non seulement beaucoup d’auteurs maison s’y sont installés, les auteurs d’Europe de l’Est y viennent ou en sont proches. «Et il se produit une politisation jusqu’au plus profond de la vie culturelle, bien plus forte que dans les années 60». Fondée il y a près de 60 ans par Peter Suhrkamp, réputée pour éditer des auteurs de renommée, la maison d’édition a imprégné et dirigé la vie culturelle allemande à tel point que l’on a parlé de «Suhrkamp-Kultur». Dès le début, ses dirigeants ont privilégié la qualité littéraire des textes et la force créative des auteurs, s’ouvrant notamment aux expérimentations et à l’avant-garde littéraire. Qualité typographique, simplicité du graphisme et subtile déclinaison des couleurs de l’arc-en-ciel en couverture ont fait de ces livres des objets cultes. Hermann Hesse, Berthold Brecht, Max Frisch, Martin Walser ou Hans-Magnus Enzenberger, mais aussi Thomas Bernhard ou Peter Handke, plus près de nous Adolf Muschg, Erica Pedretti ou Rainald Goetz, figurent ou ont figuré parmi les auteurs maison.

Mais Suhkrkamp s’est également fait une réputation de publications scientifiques et philosophiques, en éditant des philosophes comme Jürgen Habermas, Theodor Adorno, Walter Benjamin ou Peter Sloterdijk.

Mécontentement

Depuis l’arrivée au pouvoir d’Ulla Unseld-Berkéwicz, un mécontentement s’est fait jour parmi les auteurs et conseillers littéraires de la maison en raison de la nouvelle politique d’édition. Martin Walser et le critique Marcel Reich-Ranicki ont changé d’éditeur. Adolf Muschg, après trente-cinq ans, parce qu’il ne s’y «sentait plus à la maison».

Le déménagement à Berlin illustre la nouvelle orientation éditoriale: ouverture à l’Est, recherche de best-sellers. Pour Berlin, qui a fait de la culture et de la mode la deuxième source d’emplois derrière le tourisme, l’arrivée de Suhrkamp est une aubaine. La ville rêve de redevenir la capitale éditoriale qu’elle était avant-guerre. Et pour cela elle a fait une offre à laquelle Suhrkamp ne pouvait résister. Même si 80% des 130 employés sont hostiles au déménagement.

Reproduire
Texte - +