Texte - +
Imprimer
Reproduire
Recherche samedi 17 mars 2012

«Nous ouvrir localement en restant fidèles à nos valeurs»

Le défi expliqué par le coordinateur scientifique du laboratoire de l’EPFZ

Venu d’Edimbourg, Stephen Cairns, coordinateur scientifique du laboratoire de l’EPFZ à Singapour, a mis en place les équipes et a pour mission de «faire en sorte que les neuf groupes de chercheurs ne restent pas isolés».

Le Temps: Jusqu’ici, les expériences d’exportation d’universités n’ont pas toujours été couronnées de succès…

Stephen Cairns: Nous sommes concentrés sur les projets et la recherche, nous n’aurons presque pas d’enseignement. La démarche se différencie donc nettement d’autres institutions, qui vendent leurs formations.

– Les instances scientifiques de Singapour exercent-elles une grande pression?

– La pression vient de l’ambition du projet plus que des contraintes académiques. Mais en effet, tout sera calculé: le nombre de jeunes chercheurs (PhD) gradués, les articles publiés, les ouvrages, les congrès et conférences… Nous devrons montrer que nous tenons notre engagement, dépasser les logiques de disciplines, les différences entre sciences sociales et ingénierie. Il est impossible de résoudre les principaux enjeux urbains, de proposer des modèles qui puissent être réalisés, en gardant les disciplines seules dans leur coin.

– Pourquoi estimez-vous utile de le faire dans une ville comme Singapour?

– La proximité compte. Il est très différent d’étudier une ville depuis Zurich ou d’ici. Nous avons sous les yeux les métamorphoses de la ville, sa porosité, la pression du climat – songez aux pluies abondantes, et croissantes. Nous sommes proches de Kuala Lumpur ou Djakarta. Dans cette région se trouve la plus forte proximité entre le tiers-monde et une cité-Etat développée telle que Singapour.

– Et comment opérer la greffe?

– C’est l’enjeu central. Nous aurons 44 PhD, une concentration rare, une ressource massive. Il faut appliquer ici les mêmes principes, les mêmes valeurs que dans l’institution mère: qu’est-ce qu’un bon PhD? Une bonne recherche? Comment évaluer? Singapour offre l’une des meilleures places de recherche d’Asie en termes d’équipements. L’EPFZ a sa réputation. Tout se joue sur la manière dont vous vous ouvrez localement, tout en restant fidèle aux valeurs de votre institution.

Reproduire
Texte - +