Texte - +
Imprimer
Reproduire
tennis mardi 20 mars 2012

Roger Federer, retour vers le futur

Roger Federer savoure son quatrième sacre à Indian Wells. Depuis six mois, le Bâlois n’a enregistré que deux défaites pour 39 victoires et peut lorgner à nouveau sur la place de numéro un. (EPA/Keystone)

Roger Federer savoure son quatrième sacre à Indian Wells. Depuis six mois, le Bâlois n’a enregistré que deux défaites pour 39 victoires et peut lorgner à nouveau sur la place de numéro un. (EPA/Keystone)

Le Bâlois a remporté dimanche le Masters 1000 d’Indian Wells en expédiant l’Américain John Isner en moins de 90 minutes, et se porte comme un charme depuis six mois avec six trophées en huit tournois

Avec lui, on ne sait plus par quel bout avancer les chiffres. Dimanche soir, à Indian Wells, Roger ­Federer a remporté le 73e titre de sa carrière. Ce quatrième sacre dans le désert californien (2004, 2005 et 2006) porte à 19 le nombre de ses victoires en Masters 1000. Il égale ainsi le record détenu jusque-là par Rafael Nadal.

Avec ce nouveau succès – le troisième depuis le début de l’année après Dubaï et Rotterdam –, le Bâlois poursuit une impressionnante série de 33 victoires dans des matches au meilleur des trois sets. Enfin, on peut préciser encore que, depuis sa défaite «incompréhensible» en demi-finale de l’US Open en septembre dernier, Federer a enregistré 39 succès pour seulement deux revers. Face à Nadal à l’Open d’Australie et face à John Isner à la Coupe Davis à Fribourg. Des défaites vengées et oubliées puisque ce sont précisément ces deux adversaires-là qu’il vient de croquer coup sur coup à Indian Wells. L’Espagnol a été mis KO 6-3 6-4 en demi-finale et le géant américain 7-6 6-3 en finale.

Mais, au-delà des statistiques et de la ligne supplémentaire ajoutée au prodigieux palmarès de l’homme aux 16 Grands Chelems, cette victoire californienne livre quelques enseignements sur la forme du champion trentenaire et ses possibles ambitions en cet an de grâce 2012 sur un circuit où la donne a changé.

Novak Djokovic n’est plus l’invincible bourreau de l’an dernier. Tenant du titre à Indian Wells, le Serbe a plié 7-6 [7], 3-6, 7-6 [5] en demi sous les mitrailles du service d’Isner. Le numéro un mondial avait déjà cédé quinze jours plus tôt face à Andy Murray. Sachant que Federer était le seul à l’avoir battu au cours des six premiers mois de 2011, en demi-finale de Roland-Garros, ça ouvre des perspectives au Bâlois.

Quant à Nadal, la seule vraie bête noire de Federer, il a subi samedi une loi nouvelle face au maître. Car contrairement au Masters de Londres où l’Espagnol n’avait plus ni jus ni passion et s’était fait broyer 6-3 6-0 par la machine bâloise, il était bien là à Indian Wells avec un jeu de qualité – «C’était un bon match. Je sentais bien la balle.» Mais il s’est juste fait «boxer», pour reprendre le terme de L’Equipe, par un Federer qui, refusant de subir, a pu user de son revers pour frapper fort et profond et aller vers l’avant. «J’avais la bonne mentalité ce soir, il était hors de question que je perde», souffla le maître à l’issue du match.

Cette phrase en dit long sur son état d’esprit. Plus encore que sur son jeu de rêve. «Cela se passe très bien pour moi depuis six mois, à l’image de mes trois derniers matches ici [Indian Wells]. Je suis simplement heureux d’être en bonne santé et prêt à jouer. Je profite de la vie, vraiment. Je pense que je joue extrêmement bien mais est-ce que c’est le meilleur tennis de ma vie? Je ne le saurai jamais. Certains ne comprennent pas qu’on puisse encore bien jouer à 30 ans. C’est choquant parce que, à cet âge-là, tu es normalement encore assez jeune pour jouer aussi bien qu’avant.»

Cette victoire relance le débat sur son possible retour à la place de numéro un. Depuis l’US Open, il a engrangé 5810 points contre 3100 pour Djokovic. «Ça pourrait être un objectif à très long terme mais je n’ai pas ça en tête pour le moment. Je vais déjà essayer de poursuivre dans cette dynamique et gagner plus de matches. Novak [Djokovic] a joué de façon incroyable depuis 12 mois. Il est encore trop loin.» Le Serbe possède une avance de 3320 points mais il en aura surtout à défendre et peu à gagner au cours des prochains mois. Le record de Sampras – 286 semaines au sommet – reste dans le viseur de Federer. Comme quoi, avec lui, on en revient toujours aux chiffres.

Reproduire
Texte - +