Texte - +
Imprimer
Reproduire
comment les directeurs d’entreprise s’informent-ils? (8) mardi 09 août 2011

«Écouter la radio, c’est mon rituel du matin»

(Rezo)

(Rezo)

François Dussart, directeur du Beau-Rivage Palace, lit peu la presse généraliste. Il se concentre sur des magazines spécialisés dans son secteur

«C’est réglé comme du papier à musique. Comme un petit rituel quotidien. Tous les matins, en conduisant vers mon lieu de travail, trajet qui dure 25 minutes, j’écoute la radio. D’abord la revue de presse de la RSR. Puis je commute sur les ondes de France Inter.»

François Dussart, directeur général de l’hôtel Beau-Rivage Palace et de l’hôtel Angleterre & Résidence, tous deux à Lausanne, consomme surtout de l’information lors de ses déplacements. En tant que citoyen français, il reste très attaché aux news venant de l’Hexagone. Avec la petite incartade sur la Radio suisse romande, l’hôtelier estime avoir un bon résumé de ce qui se passe dans le monde et localement. Le soir, lors du voyage de retour, son poste est branché sur France Info. Ce qui lui permet de se tenir au courant des évolutions de la journée.

La TV pour se divertir

Le patron ne s’en cache pas: les supports imprimés n’ont pas sa préférence. Tout au plus, avec son iPhone ou son iPad, surfe-t-il avec les applications de lemonde.fr, ou plus rarement de 24heures. ch. Pour ce qui concerne les médias spécialisés dans son secteur, la presse papier est encore incontournable. Qu’il s’agisse d’hotelrevue ou Hotel Magazine. Ce dernier, de langue anglaise, parle des dernières tendances de la branche, des projets d’envergure et donne parfois des idées dont le Beau-Rivage peut s’inspirer. Récemment, François Dussart a aussi pris beaucoup de plaisir à lire un article d’Elite, journal de l’Ecole hôtelière de Lausanne (EHL), qui traitait de l’utilisation et de la stratégie des hôtels en ce qui concerne les médias sociaux, tels Facebook ou Twitter. «C’est exactement le genre de réflexions que nous menons aussi à l’interne en ce moment pour notre positionnement. L’article était très complet.»

Et la TV comme source d’information? «Très peu, car mes journées finissent en général tard. Ce serait plutôt comme moyen de divertissement.» Parfois, mais plutôt rarement, lorsque son emploi du temps le lui permet, il affectionne particulièrement le Grand Journal de la chaîne cryptée Canal +. «Mais c’est davantage pour me changer les idées que pour de la news pure et dure», sourit le patron. Lors de ses voyages à l’étranger, comme le font les trois commerciaux de l’hôtel qui sillonnent les marchés afin de démarcher des clients, c’est l’iPad, tablette d’Apple, qui lui convient le mieux. «C’est pratique, léger, facile et rapide d’utilisation, ainsi que convivial. Surtout que le format se prête mieux à la lecture d’articles de presse que celui des smartphones.»

Toutefois, la principale source d’informations utile au patron du Beau-Rivage Palace est à rechercher ailleurs. Comme il se doit pour une entreprise de services et de prestations de haut vol, François Dussart interroge, discute, palabre surtout avec les clients des deux établissements sis au bord du lac Léman. Leurs remarques, leur input, et parfois leurs récriminations ont une valeur inestimable pour améliorer l’offre, toujours et encore, comme c’est la norme et l’obligation dans cette profession.

A l’inverse, le patron ne scrute pas le ciel tous les matins d’un œil anxieux ou interrogateur. Le temps influe bien sûr sur la fréquentation des terrasses des restaurants dont les hôtels disposent, mais il n’a que peu d’impact sur la marche des affaires de l’établissement dans son ensemble.

Reproduire
Texte - +