Texte - +
Imprimer
Reproduire
bd jeudi 07 avril 2011

Les sous-munitions du Sud-Liban version Chappatte animé

Le dessinateur du «Temps» adapte un reportage BD en court métrage

Le trait s’anime sous nos yeux, rapidement. Quelques buissons, un olivier et deux gosses sautillant joyeusement. Les lecteurs du Temps reconnaîtront les premières cases d’un reportage BD réalisé au Sud-Liban par le dessinateur Chappatte et publié dans nos colonnes en mai 2009. Résultat d’un séjour organisé avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), le sujet évoquait les millions de sous-munitions dispersées par Israël au Sud-Liban pendant la guerre de l’été 2006 – entre 1 à 4 durant les trois derniers jours de combats. 30 à 40% n’auraient pas explosé, dormant sous un peu de terre ou accrochées à des branchages, prêtes à tuer. Aujourd’hui, «La mort est dans le champ» est devenu court métrage – 11 minutes – et sera diffusé cette fin de semaine dans le cadre du festival Visions du Réel, puis sur la TSR.

Animer un dessin? Facile, semblent dire Lucky Luke, Titeuf ou la jeune Marjane, de Persepolis – personnages pour qui l’adaptation paraît s’être faite tout naturellement. Des questionnements techniques plutôt compliqués, rétorque Patrick Chappatte. «La première interrogation a été celle de faire bouger ou non les lèvres des personnages lorsqu’ils parlent. Mais faire un vrai dessin animé aurait été lourd et cher à réaliser. Ce n’est pas mon but: je veux amener le genre du reportage dessiné à l’écran, qui demande des moyens légers.» Au final, donc, une version en mouvement qui reste extrêmement fidèle à la BD essentiellement en noir et blanc, des actions suggérées. Là, un élément de décor glisse sur un autre, ici, la fin d’un geste laisse entendre le début, des «bulles» s’écrivent régulièrement, en plus des voix qui racontent les victimes, le déminage, les rêves envolés ou les récoltes perdues.

Chappatte joue le narrateur: «La particularité du reportage en bandes dessinées est la subjectivité. Cela permet de rapporter des anecdotes révélatrices de beaucoup de choses. Cela montre également mes doutes et mes questions, en toute honnêteté. Le lecteur s’y retrouve bien». Le film voit ainsi des gouttes de sueur perler au front du Genevois lorsqu’il assiste à une séance de déminage sans protection. Pour Chappatte, le genre permet de dépasser la simplification inhérente au dessin de presse. Vidéos ou infographies animées remplacent dans le film les photos ou les diagrammes didactiques de la BD papier.

Patrick Chappatte, qui avait peu tâté de l’animation jusque-là – hormis des épisodes d’actualité animés de 30 secondes pour Mise au Point en 2008 – s’est entouré de spécialistes, dont l’animateur Claude Luyet, le réalisateur Marco Dellamula et les musiciens Gabriel Scotti et Vincent Hänni.

Diffusion à Visions du réel, 8 avril à 18h, à la salle communale et 9 avril à 16h, au cinéma Capitole, à Nyon. Mise au point, TSR, le 17 avril.

Reproduire
Texte - +