Texte - +
Imprimer
Reproduire
industrie mardi 05 février 2013

Swatch Group a établi une nouvelle référence de rentabilité dans l’horlogerie

Le siège de Bienne (keystone)

Le siège de Bienne (keystone)

Le groupe biennois a accru son résultat net de 26% par rapport à 2011, à 1,61 milliard de francs. La marge est supérieure à celle du groupe de luxe LVMH

Swatch Group l’avait promis. Swatch Group l’a réalisé. Et même mieux que prévu. Les résultats 2012 du numéro un mondial de l’horlogerie ont atteint des sommets historiques. Et, de surcroît, les chiffres record établis l’an dernier s’avèrent nettement supérieurs aux attentes des analystes. Ainsi, Swatch Group a fait bondir tant sa rentabilité que ses ventes l’an dernier.

Le géant horloger biennois a accru son bénéfice net de 26% par rapport à l’exercice 2011, à 1,61 milliard de francs, a-t-il annoncé lundi dans un communiqué. Le consensus des analystes interrogés par l’agence AWP tablait en moyenne sur un bénéfice de 1,4 milliard de francs. Le résultat opérationnel s’est fixé à 1,98 milliard de francs, en hausse de 22,9%. La marge opérationnelle est dès lors passée de 23,9% à 25,4%. Là aussi, un niveau jamais atteint et davantage la norme dans le secteur pharmaceutique que dans son industrie. A titre d’exemple, elle dépasse même les 21% de LVMH, acteur pourtant actif dans le luxe. Les spécialistes anticipaient un résultat opérationnel de 1,8 milliard pour Swatch Group. Déjà publié le 14 janvier, le chiffre d’affaires du leader mondial a progressé de 14% à 8,14 milliards.

Quelque 1500 postes ont été créés en 2012, dont 900 en Suisse. Soit 2,5 emplois supplémentaires par jour dans le pays. Auxquels viennent s’ajouter environ 280 postes par le biais d’acquisitions, ajoute le groupe présidé par Nayla Hayek. Ce qui porte les effectifs totaux de Swatch Group à plus de 29 700 collaborateurs.

Forte de cette performance, l’entreprise a décidé de choyer ses actionnaires. Lors de l’assemblée générale du 29 mai, le conseil d’administration de Swatch Group proposera pour 2012 un dividende de 6,75 francs par action au porteur et de 1,35 franc par action nominative. Soit un montant en augmentation de 17,4% par rapport à l’année précédente. «Cette hausse témoigne également de la confiance dans les perspectives liées à la poursuite des activités en 2013», selon le groupe.

Avec des capitaux de 9,344 milliards, son ratio de fonds propres s’élève à 83,3%. Pour comparaison, la moyenne des entreprises suisses se situe entre 30 et 50%, selon René Weber. L’analyste de la banque Vontobel rappelle qu’ABB affiche une valeur de 42%, Novartis de 56%, Roche de 26% et Nestlé de 54%. Dans ces conditions, Swatch Group dit disposer «d’une assise financière extrêmement solide et indépendante». L’entreprise a aussi généré un cash-flow d’un milliard de francs, une manne lui laissant toute latitude opérationnelle. Des fonds à hauteur de presque 500 millions de francs ont été affectés aux investissements, notamment dans les capacités de production, afin de normaliser les goulets d’étranglement.

2013 a bien démarré, selon Swatch Group, «avec la poursuite d’une croissance saine en janvier», précise l’entreprise. Une progression «à long terme de l’industrie horlogère helvétique de 5 à 10% par an semble réaliste», estime le groupe dirigé par Nick Hayek. Ce qui signifie – entre les lignes – que l’entreprise s’est assignée comme mission de faire mieux encore.

Reproduire
Texte - +