Texte - +
Imprimer
Paris-Bercy mercredi 11 novembre 2009

Roger Federer éliminé au premier tour

SI

(AFP)

(AFP)

Roger Federer a subi sa deuxième grosse désillusion en quatre jours. Battu en finale à Bâle dimanche, le no 1 mondial a été éliminé dès son entrée en lice au Masters 1000 de Paris-Bercy. A la surprise générale, le Bâlois a été évincé par le Français Julien Benneteau (ATP 49) sur le score de 3-6 7-6 (7/4) 6-4

Roger Federer a subi sa deuxième grosse désillusion en quatre jours. Battu en finale à Bâle dimanche, le no 1 mondial a été éliminé dès son entrée en lice au Masters 1000 de Paris-Bercy. A la surprise générale, le Bâlois a été évincé par le Français Julien Benneteau (ATP 49) sur le score de 3-6 7-6 (7/4) 6-4.

Contre un adversaire qu’il avait battu lors de leur deux premiers duels, Federer dominait largement les débats avant que, en fin de deuxième set, la machine se grippe peu à peu. Le Suisse a commencé à rater des balles faciles, tandis que le Français, surmotivé, jouait le tennis de sa vie.

Depuis une défaite contre Mardy Fish à Indian Wells en mars 2008, Federer n’avait plus perdu contre un joueur si mal classé (Fish était ATP 98 à l’époque). Sa dernière élimination d’entrée remonte, elle, à août 2008 à Montréal.

Paris-Bercy reste donc un tournoi maudit pour Federer, qui n’est jamais allé plus loin que les quarts de finale au POPB (2002, 2003, 2008). Il affiche dans cette salle un de ses plus mauvais bilans du calendrier ATP, avec sept victoires et autant de défaites. Le no 1 mondial aura l’occasion de remporter un cinquième et dernier titre cette année au Masters de Londres, du 22 au 29 novembre.

Nadal s’impose par K.-O.
Contrairement à Federer, Rafael Nadal (ATP 2) est parvenu à s’en sortir. Opposé à son compatriote Nicolas Almagro (ATP 27), l’Espagnol s’est imposé 3-6 7-6 (7/2) 7-5 lors d’une partie longue de 3h14 et au cours de laquelle il a dû sauver cinq balles de match.

Tombeur du Bâlois Marco Chiudinelli au 1er tour, Almagro aurait dû ressortir vainqueur, s’il n’avait pas été rattrapé par la nervosité sur les points importants et par les crampes en fin de rencontre. Parmi ses occasions gâchées, citons les cinq balles de match (dont trois de suite) à 6-5 sur son engagement dans le deuxième set, ainsi que ce jeu de service mal négocié à 5-3 dans la manche décisive.

De son côté, Nadal n’a pu véritablement compter que sur son physique et sa rage de vaincre pour s’en sortir. Revenu à la compétition après trois semaines de pause et une finale perdue à Shanghaï, Nadal est apparu très emprunté, sans punch ni idées. Le Marjorquin devra largement élevé le niveau de son jeu s’il désire conquérir le titre à Paris. Le no 2 mondial n’a plus remporté de tournoi depuis six mois et sa victoire à Rome. En 8e de finale, Nadal affrontera un autre Espagnol, Tommy Robredo (ATP 15).

Nadal s’était déjà sorti d’affaire deux fois en sauvant des balles de match cette saison, en huitième de finale de Miami contre David Nalbandian (cinq déjà) puis en demi-finale de Madrid contre Novak Djokovic (trois).

Texte - +