Texte - +
Imprimer
Chronique mercredi 09 novembre 2011

La solution à (presque) tous les problèmes

L’incertitude totale qui prévaut en ce moment, en raison des risques politiques, pourrait être une aubaine pour le Twin-Win.

Tout le monde ou s’accorde sur un point. Le scénario économique peut s’avérer rapidement chamboulé par les prochains rebondissements politiques ou par l’annonce d’un prochain «sommet». Face à cette incertitude, les émetteurs de structurés tentent de limiter les risques en proposant des «worst-of» sur trois titres avec une barrière particulièrement basse et un coupon le plus attractif possible.

Le produit COSI (limitant le risque de contre-partie) avec ZFS, Syngenta et ABB, émis par EFG FP, offre un coupon de 10,25% avec une barrière à 55% (échéance 23.11.2012). Ce type de produits abonde en ce moment sur le marché.

Une approche entièrement différente est proposée par Andreas Blümke, expert en structurés auprès de VPB Vaduz et auteur d’un ouvrage de référence sur les structurés. Il propose de porter notre regard sur les «Twin-Wins». C’est le produit idéal lorsque le marché a autant de chance de s’apprécier que de baisser, explique-t-il sur son blog. Dans les deux cas de figure (hausse et baisse), le produit s’apprécie, sauf si la baisse du sous-jacent casse la barrière qui a été définie. En termes de construction, il s’agit d’une variante du certificat bonus.

Andreas Blümke propose plus exactement d’investir dans un Twin-Win avec plafond. Le renoncement à une partie de la hausse permet d’obtenir une barrière à la baisse plus confortable.

Les conditions de marché sont attractives dans la mesure où l’incertitude, donc la volatilité, est élevée en ce moment. De plus, le rendement implicite des dividendes atteint 4,5% sur l’Euro Stoxx 50 pour les 12 prochains mois. «Avec un Twin-Win, l’investisseur échange les dividendes implicites contre le rendement réalisé lorsque le sous-jacent baisse», selon l’expert. Or les dividendes des banques pourraient être limités par les régulateurs et ceux des groupes énergétiques par les investissements liés à la sortie du nucléaire. En bref, les dividendes pourraient être inférieurs aux attentes. Aux conditions de marché, un Twin-Win peut être obtenu sur l’Euro Stoxx 50 avec un plafond à 115% et une barrière à 70% (échéance à neuf mois).

Texte - +