Texte - +
Imprimer
Reproduire
Musée mardi 29 novembre 2011

La Collection de l’Art brut de Lausanne s’offre une ambassadrice

Le poste sera confié à Lucienne Peiry, actuelle directrice de la collection

La concurrence se développe dans l’univers de l’Art brut. Pour faire face, la Collection lausannoise a nommé une ambassadrice. La Municipalité de la capitale vaudoise a confié cette mission à Lucienne Peiry. A la tête du musée depuis dix ans, elle quittera la direction dès janvier 2012.

Sarah Lombardi Schlittler, conservatrice, la remplacera temporairement. Le poste de direction sera mis au concours durant l’année prochaine. En revanche, celui laissé vacant par la nouvelle directrice ne sera pas repourvu. La fragilité des finances de la Ville ­recommandait une certaine prudence, observe Grégoire Junod, magistrat socialiste responsable des affaires culturelles.

L’essor du marché

2010 a vu l’ouverture d’institutions importantes consacrées en Europe à l’Art brut, notamment à Lille dans le nord de la France. En même temps, le marché de l’art s’intéresse de plus en plus à ces œuvres. Référence historique, maison mère léguée par Jean Dubuffet, la collection doit assurer son rôle et sa renommée au cœur de l’évolution actuelle, constate Lucienne Peiry.

Partageant cette analyse, soucieuse du rayonnement de l’un des trésors de la ville fréquenté annuellement par plus de 30 000 visiteurs, les autorités communales ont confectionné un costume sur mesure pour celle qui a succédé au patriarche Michel Thévoz. Forte de son expérience, de ses relations, de ses connaissances, elle était tout indiquée pour devenir l’attachée culturelle de la collection. Lucienne Peiry sera ainsi la porte-voix de la collection, chargée d’enrichir son catalogue, de concert avec la direction, et de stimuler la recherche scientifique. A l’aube de la cinquantaine, elle se réjouit de relever ce nouveau défi.

En coulisse, on note également que ce changement permettra de résoudre des problèmes relationnels au sein de l’équipe de l’Art brut. De façon élégante, explique-t-on, la Ville continuera de bénéficier des talents reconnus de Lucienne Peiry et apaisera les quelques différends qui troublaient la bonne marche de l’institution.

Reproduire
Texte - +