Texte - +
Imprimer
Reproduire
football jeudi 18 juin 2009

Constantin: «Ne jamais baisser la garde»

Christian Constantin continuera ses transferts avec la bénédiction de la fédération suisse. (Keystone)

Christian Constantin continuera ses transferts avec la bénédiction de la fédération suisse. (Keystone)

Interdit de transferts par la puissante FIFA, le FC Sion continue de recruter des joueurs. Bien aidé par une erreur de procédure, le président valaisan est décidé à lutter

Christian Constantin aime l’adversité, la confrontation. Le voilà servi, puisque le dernier épisode en date de ses tribulations l’oppose à la puissante Fédération internationale de football (FIFA). «Je me suis battu assez souvent contre des associations pour savoir qu’il ne faut jamais baisser la garde», assène le président du FC Sion. «Un jour en Coupe d’Europe à Moscou, quand le but était trop bas, on n’avait pas joué le match, même s’il y avait 2000 militaires avec des kalachnikovs dans les tribunes. A Zurich, ils ont un très beau bâtiment. Mais quand on voit le rendu de la commission de la FIFA, qui n’a même pas pris le soin de vérifier qui appartient à quoi avant de se prononcer…»

Selon l’instance faîtière du foot, le club valaisan a fauté l’hiver dernier en incitant le gardien égyptien Essam El-Hadary à rompre son contrat avec le club cairote d’Al Ahly pour rejoindre Tourbillon de façon irrégulière. Sanction: interdiction d’effectuer le moindre transfert lors des marchés été 2009 et hiver 2010, assortie d’une amende de 900 000 euros et de neuf mois de suspension pour le joueur. Le gros hic? Négligente, la FIFA se trompe et adresse la peine à l’Association du FC Sion et non à la société anonyme qui gère le secteur professionnel du club – Olympique des Alpes SA.

Un vice de forme aux saveurs de pain bénit pour les Valaisans: «La FIFA ayant pointé la mauvaise entité, nous pouvons être confiants quant à cette procédure», déclare Alexandre Zen-Ruffinen, avocat du FC Sion, oups, de l’Olympique des Alpes. «L’ASF [Association suisse de football], dans une démarche que nous n’avons pas trop appréciée, a d’abord demandé des éclaircissements. Ensuite, le dossier étant extrêmement clair, ils n’avaient pas vraiment d’autre choix que de se ranger derrière nous. La FIFA a semblé dire, par courrier, qu’elle n’était pas trop d’accord. Mais en l’état, il n’y a pas de raison de contacter un juge civil dans l’urgence.»

Christian Constantin, lui, prépare la saison à venir comme il se doit… en effectuant des transferts. Branislav Micic, 19 ans, défenseur formé au FC Bâle, et Abdoul Karim Yoda, Français de 20 ans «produit» au Servette FC, viennent de signer leur contrat de joueur professionnel. «On regarde, on discute… Ça ne bouge pas tellement pour l’instant», jauge le président. «On va encore faire un défenseur, un milieu et un attaquant.»

Voilà des intentions qui ne plairont pas à Sepp Blatter, président de la FIFA, Valaisan lui aussi. «Des règles existent […] Dans cette histoire, mon ami Christian mise sur le mauvais cheval. Je l’ai souvent admiré pour sa ténacité mais là, j’aimerais qu’il se calme et fasse preuve de retenue», grondait-il récemment dans Le Matin. «Chacun doit penser à ses responsabilités sociales. La famille du football doit rester unie, elle n’a que faire de ces épisodes juridiques. Arrêtons d’aller devant les tribunaux, il faut sauvegarder la paix du sport. Des grands clubs l’ont déjà compris, à l’image de Lyon ou de l’Atletico Madrid. J’invite le FC Sion à les imiter, plutôt que de faire fausse route.»

Le président a dit. Son service juridique, en revanche, n’est pas habilité à parler en public. En réponse à nos questions, un communiqué de quelques lignes, ici condensé: «La FIFA a informé l’ASF qu’il était de son devoir de s’assurer que la décision de la commission soit fermement respectée et suivie sans faute.» Mardi, un énième courrier est parti de Zurich à Berne, réitérant en substance que le FC Sion et l’Olympique des Alpes, c’était du pareil au même. Sauf sur le plan juridique puisque depuis 2004, les clubs de Super League ont l’obligation d’être constitués en sociétés anonymes. «Selon nos règlements, Christian Constantin est dans son bon droit», admet Edmond Isoz, directeur de la Swiss Football League, pourtant de loin pas un ami intime de l’architecte.

«L’ASF a confirmé qu’elle qualifierait les joueurs transférés par le club», souligne Alexandre Zen-Ruffinen, conscient que la pelote est peut-être encore loin du dénouement. «Il est encore difficile de s’exprimer quant à la finalité de cette affaire. Il se pourrait bien que la FIFA reprenne la procédure à zéro, cette fois en pointant la bonne entité. Je crains que la FIFA ne s’adresse à l’ASF de manière plus contraignante, en la menaçant de sanctions.» Au menu: une amende, voire une interdiction de participer aux compétitions de la FIFA. «Là, évidemment, on pourrait perdre le «soutien» de la fédération. Mais dans ce cas, l’abus de position dominante serait encore plus évident de la part de la FIFA», rétorque l’avocat du FC Sion.

Bref, wait and see… Le Tribunal arbitral du sport (TAS) sera bientôt invité à se pencher sur ce dossier. D’ici à la fin de la semaine, Me Zen-Ruffinen aura déposé un recours concernant l’amende de 900 000 euros, infligée dans les faits à la section amateur du club valaisan. «Cette somme, pour eux, c’est des virgules. Mais pour nous, c’est énorme», plaide l’avocat, dont la défense est forgée. «Pour l’instant, le fond importe peu… Mais même à admettre que le FC Sion soit dans son tort, nous contestons à la FIFA le droit d’empêcher le club de recruter. Leurs règles sont contraires au droit suisse de la concurrence.»

Reproduire
Texte - +