Texte - +
Imprimer
AVS samedi 24 novembre 2012

Le PS menace de s’opposer à la réforme d’Alain Berset

ATS

Jacqueline Fehr, vice-présidente du parti socialiste et «son» Conseiller fédéral, Alain Berset (Keystone)

Jacqueline Fehr, vice-présidente du parti socialiste et «son» Conseiller fédéral, Alain Berset (Keystone)

Vice-présidente du parti, Jacqueline Fehr évoque un référendum «à coup sûr, si les autres partis imposent une baisse des rentes».

Le PS menace de référendum la réforme de la prévoyance vieillesse présentée mercredi par son conseiller fédéral Alain Berset. Si les autres partis imposent une baisse des rentes, les socialistes lanceront à coup sûr un référendum, dit la conseillère nationale Jacqueline Fehr (PS/ZH), vice-présidente du parti.

«Il n’y a aucune raison de diminuer les rentes dans un pays riche comme la Suisse», a-t-elle déclaré au «Samstagsrundschau» de la radio DRS. Convaincue d’obtenir la voix du peuple dans ce débat, Jacqueline Fehr a annoncé que la menace d’un référendum planait tant sur les partis bourgeois que sur Alain Berset. Elle a rappelé que le peuple avait voté il y a quelques années à 70% contre un abaissement du taux de conversion pour la prévoyance professionnelle (LPP). «Si l’on veut changer celui-ci, on doit le compenser par des revenus, pour qu’en fin de compte les montants des rentes ne diminuent pas», souligne-t-elle.

Alain Berset, qui veut abaisser le taux de conversion de la prévoyance vieillesse, dont dépendent les montants des rentes, a dit mercredi vouloir maintenir le niveau de prestations actuel. Les travailleurs commenceraient à cotiser à l’AVS plus tôt et des sommes plus importantes, tandis que ceux qui s’apprêtent à toucher des rentes devraient se soumettre à des dispositions transitoires.

«D’abord les caisses, ensuite le taux de conversion»

Comme l’ont rapporté dans leur édition de samedi le «Tages- Anzeiger» et le «Bund», se basant sur des données concernant les lignes directrices de la réforme disponibles sur internet, seuls les assurés disposant d’une prévoyance minimale LPP devraient bénéficier de contributions. Tous les autres seraient écartés de cette aide.

Selon Jacqueline Fehr, le PS s’oppose également à l’ordre de succession des mesures de la réforme: «Il est mauvais, car on s’occupe d’abord de boulonner le taux de conversion, avant de s’intéresser aux caisses de pension. On ne devrait parler du taux de conversion qu’une fois le terrain déblayé.»

Le PS veut être le premier à renforcer la transparence, les conventions de gestion et la surveillance des assurances et instituts. Le conseiller fédéral Alain Berset souhaite une approche globale entre premier et deuxième piliers de la prévoyance vieillesse - l’AVS et la LPP. Parallèlement à l’abaissement du taux de conversion, une augmentation de l’âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans est en cours de discussion.

Texte - +