Texte - +
Imprimer
Reproduire
produits structurés lundi 30 janvier 2012

Tirer profit de la croissance des marchés émergents sans risquer sa fortune

Thibault Weill*

La redistribution des richesses mondiales bouleverse l’ordre économique qui était en place ces dernières décennies. L’utilisation des devises comme miroir de l’économie mondiale représente dès lors une manière innovante de se positionner

* Responsable des devises et métaux précieux pour la clientèle Private Banking International et les gérants de fortune indépendants, pour Credit Suisse en Suisse romande

Les investissements dans les marchés émergents ont souvent été perçus comme risqués, peu liquides ou peu stables. Ces perceptions ont cependant changé ces dernières années, les marchés émergents dépassant les marchés développés en termes de croissance, de démographie et de fondamentaux économiques.

Investir dans ces marchés offre aux investisseurs une possibilité de se positionner pour bénéficier des croissances nationales les plus rapides et les plus dynamiques.

Quelles sont les opportunités de placements possibles dans le domaine des devises; quelles en sont les contraintes; quels risques impliquent-ils?

La récente crise de la dette souveraine européenne, les craintes sur la croissance des pays matures ou l’augmentation de la masse monétaire aux Etats-Unis ont fait naître beaucoup de questions sur la valeur réelle et l’avenir des monnaies.

L’euro peut-il disparaître? Jusqu’où le dollar américain va-t-il se déprécier (1 USD valait 4 CHF en 1970, il en vaut 0,95 centimes en 2012)? La Banque nationale suisse va-t-elle poursuivre une politique de dépréciation du CHF?

Il peut être difficile de comprendre pourquoi une monnaie s’apprécie ou se déprécie par rapport à une autre. Les événements macroéconomiques, géopolitiques, les fondamentaux économiques et les taux d’intérêt font partie des facteurs d’influence à moyen terme.

Selon la théorie de la parité des pouvoirs d’achat, à long terme les taux de change doivent s’équilibrer par rapport aux niveaux des prix et aux pouvoirs d’achat des zones monétaires. On peut ainsi déterminer, à long terme, des monnaies sous-évaluées et des monnaies surévaluées.

Fondamentalement, la performance des devises doit aussi refléter le dynamisme économique d’un pays (d’une zone monétaire). Ainsi la devise peut être utilisée comme baromètre de la santé financière d’un pays.

Dans ce contexte, les monnaies des pays émergents à fort taux de croissance représentent de fantastiques opportunités de diversification. Selon les modèles de parité des pouvoirs d’achat, on trouve en tête de liste des monnaies les plus sous-évaluées le renminbi chinois, le won coréen, le dollar singapourien ou le baht thaïlandais, tandis que la tête du classement des monnaies les plus surévaluées est occupée par le franc suisse, le dollar australien et néo-zélandais.

Un investisseur devrait donc chercher à acheter les premières et vendre les dernières, de façon à bénéficier de l’appréciation relative future escomptée des monnaies sous-évaluées par rapport aux monnaies surévaluées.

Les investissements directs dans certaines de ces monnaies sont cependant souvent rendus difficiles par les politiques des gouvernements locaux. On citera en exemple la monnaie chinoise ou coréenne, qui ne sont convertibles qu’à l’intérieur du pays, c’est-à-dire par les investisseurs locaux. Un investisseur en Suisse ne pourra pas acheter et détenir de la monnaie chinoise ou coréenne.

La question consiste à savoir comment profiter de l’appréciation attendue de ces devises, dont le marché des changes est contrôlé par les banques centrales. Bien que les avantages du marché des changes soient encore méconnus ou peu exploités par le grand public, l’industrie financière en a depuis longtemps tiré les bienfaits. Et de nombreuses solutions permettent à tous types d’investisseurs de tirer profit des opportunités offertes par le marché des changes.

Les produits structurés en particulier facilitent l’accès des investisseurs à ce marché.

Ces solutions présentent de nombreux avantages. Elles permettent en particulier de gérer activement et selon les besoins et le profil de l’investisseur les composantes de rendement et de risque de l’investissement.

Elles offrent tout d’abord la possibilité de profiter de l’évolution positive d’une ou plusieurs monnaies, qui n’auraient souvent pas pu être détenues directement par les investisseurs.

Ces solutions permettent également de diversifier l’investissement en se positionnant sur plusieurs devises, de pays parfois géographiquement éloignés.

Des solutions permettent par exemple de profiter de l’évolution simultanée des monnaies des pays «BRIC» (Brésil, Russie, Inde et Chine) sous forme de panier de devises. A l’échéance prédéfinie, l’investisseur reçoit la performance équipondérée des quatre devises sur la période d’investissement.

Qu’en est-il des risques? Le capital investi peut être partiellement ou totalement protégé (par l’émetteur du produit), le risque de perte est ainsi limité. Le capital initialement investi est cependant soumis au risque crédit (c’est-à-dire à la faillite) de l’émetteur du produit. Ces solutions offrent ainsi une exposition indirecte à la performance des monnaies sélectionnées, tout en limitant les risques de perte financière.

L’investisseur peut profiter de la hausse sans souffrir à la baisse! L’investisseur doit cependant s’assurer de comprendre le fonctionnement du produit et les différents scénarios possibles avant d’investir.

Les produits structurés quant à eux sont d’excellents véhicules pour accéder à des marchés fermés ou contrôlés sans renoncer aux opportunités de performance financière qu’ils offrent.

Reproduire
Texte - +