Texte - +
Imprimer
Reproduire
foire jeudi 12 avril 2012

Art Brussels, l’âge de raison

Plusieurs galeristes helvétiques présenteront leurs artistes. Sélection

Cette année, le comité de sélection d’Art Brussels a retenu 182 galeries internationales sur les 400 demandes qui lui ont été présentées. Parmi elles, neuf sont établies en Suisse: annex14, Blanc­pain, Susanna Kulli, Lelong, Patricia Low, Mai 36, SAKS, Skopia et Rotwand.

Pour sa huitième participation à la manifestation belge, la galerie genevoise Blancpain Art Contemporain ne mise que sur des noms suisses: Urs Lüthi, Pascal Danz, Thomas Flechtner, Balthasar Burkhard, Uriel Orlow, Amy O’Neill, Jérôme Leuba, Jules Spinatsch. «Nous voulons ainsi montrer l’importance de nos artistes – bien qu’ils ne vivent pas tous dans nos frontières – et essayer de les placer dans de bonnes collections belges», explique la directrice Marie-Claude Stobart.

Une ligne pointue

Egalement basée à Genève, la galerie SAKS se rend pour la première fois à Bruxelles en défendant une ligne directive pointue: les artistes de la «Pictures Generation» actuelle, soit ceux qui comme Jack Goldstein, Sherrie Levine ou Troy Brauntuch à la fin des années 1970 travaillent en subvertissant les icônes des mass media. «Nous exposerons à ArtBrussels Christian Gonzenbach, Evan Gruzis, Robert Longo et Gary Simmons, déclare Sibylle Axarlis, codirectrice de SAKS. Des artistes jeunes et moins jeunes qui illustrent selon nous ce que pourrait être la «Pictures Generation» d’aujourd’hui. Avec ce programme, nous espérons attirer le regard des visiteurs de la foire sur nos artistes émergents. Le bilan idéal pour nous à l’issue de la foire serait d’avoir rencontré des curateurs, commissaires d’exposition, critiques et collectionneurs sérieux, qui auraient envie de défendre nos artistes en leur offrant des places dans de bonnes expositions, en parlant de leur travail, ou encore en leur donnant une place dans leurs collections.»

Artefact et papier peint

Dans la section spéciale d’Art Brussels dédiée aux jeunes galeries qui promeuvent de jeunes artistes («Young Talent»), deux représentants suisses: Rotwand de Zurich et annex14 de Berne. «C’est notre quatrième participation, explique Bettina Meier-Bickel, codirectrice de Rotwand. Pour cette édition, nous avons choisi de ne présenter que le travail de Guillaume Pilet. Ce jeune artiste suisse est très doué pour donner à un espace entier une atmosphère particulière, très forte. Au moyen de sculptures en céramique, peintures murales et du mobilier créé spécialement pour le stand, une fois encore il questionne le statut de l’œuvre d’art. L’artefact, le piédestal, l’arrière-plan, le papier peint: il mélange tous les genres et origines pour rallumer avec humour l’interminable débat qui agite le monde de l’art, à savoir ce qui est de l’art de qualité (high art) et ce qui est de l’art médiocre (low art)

Reproduire
Texte - +