Texte - +
Imprimer
banque mercredi 18 juillet 2012

Credit Suisse renforce ses fonds propres

ATS

(Keystone)

(Keystone)

La Banque nationale salue la mesure. Credit Suisse a dégagé au 2e trimestre 2012 un bénéfice net de 788 millions de francs. Action en verve

Credit Suisse prend des mesures drastiques pour rassurer les investisseurs quant à sa solidité. Le numéro deux bancaire helvétique renforce ses fonds propres, réduit encore davantage ses coûts et publie de façon anticipée ses résultats trimestriels.

Montrée du doigt en juin – avec UBS – par la Banque nationale suisse (BNS) au sujet de ses fonds propres jugés insuffisants, Credit Suisse avait d’abord affirmé être en position satisfaisante.

Pourtant, la banque a finalement annoncé mercredi renforcer son capital de 8,7 milliards de francs par des mesures immédiates. Des mesures supplémentaires d’ici à la fin de l’année y ajouteront 6,6 milliards, portant l’accroissement total à 15,3 milliards.

«Ces mesures écartent tout doute au sujet de la solidité de notre capitalisation», a commenté en conférence téléphonique le patron de Credit Suisse Brady Dougan.

La BNS salue

Le ratio de fonds propres calculé selon la méthodologie utilisée par la BNS dans son rapport – et estimé par cette dernière à 5,9% au terme du premier trimestre 2012 – sera ainsi presque doublé, passant à 10,8% d’ici à fin décembre, a souligné Brady Dougan.

Quant au ratio de fonds propres dits «durs» défini par la législation suisse sur les banques «too big to fail», il devrait atteindre 9,4%. Il sera ainsi très proche des 10% exigés d’ici à fin 2018 dans le cadre de Bâle III.

La BNS n’a pas manqué de réagir. «Dans un environnement économique et financier qui reste particulièrement difficile pour le système bancaire international, ces mesures renforcent de manière substantielle la capacité de résistance de Credit Suisse», a relevé l’institut d’émission. «Elles contribuent à une augmentation rapide et significative des fonds propres capables d’absorber des pertes», a-t-il ajouté.

Economiser 1 milliard de plus

Le groupe prévoit aussi d’économiser davantage. En avance sur son plan de réduction des coûts entamé l’an dernier, il a déjà réalisé l’objectif de 2 milliards de francs qui était fixé pour fin 2013. Il remonte donc l’objectif à 3 milliards, soit 1 milliard de plus.

Sur ce milliard supplémentaire, des économies de 450 millions de francs seront réalisées dans la gestion de fortune (Private Banking) et de 550 millions dans la banque d’affaires (Investment Banking). Interrogé au sujet de leur impact sur les emplois, Brady Dougan n’a pas donné de précisions.

Pour mémoire, Credit Suisse avait déjà indiqué en juillet 2011 vouloir biffer 2000 emplois dans le monde. Puis, il avait annoncé en novembre la suppression d’environ 1500 postes supplémentaires.

Bénéfice légèrement accru

Ces nouvelles auront presque éclipsé la publication anticipée des résultats du deuxième trimestre, initialement prévue jeudi de la semaine prochaine. Certes, la banque avait déjà lâché fin juin qu’elle allait dégager un bénéfice sur ces trois mois.

Ce résultat net dévoilé mercredi se monte à 788 millions de francs. La performance, en hausse de 2,6% par rapport à la même période de 2011, contraste aussi fortement avec celle du trimestre précédent: le bénéfice de janvier à mars atteignait seulement 44 millions. Elle est en ligne avec les attentes des analystes.

L’unité de gestion de fortune inscrit un résultat avant impôts de 775 millions de francs, en baisse de 7% sur un an, mais en hausse de 28% par rapport au trimestre précédent. La banque d’affaires affiche 383 millions (+84%-62%) et la gestion institutionnelle (Asset Management) enregistre 133 millions (-37%/-48%). L’afflux net d’argent frais pour le groupe a atteint 4,4 milliards.

L’action Credit Suisse, qui évoluait ces dernières semaines à ses plus bas niveaux depuis près de 20 ans, a décollé à la Bourse suisse. A 12h35, elle grimpait de 5,25% à 18,04 francs après avoir même atteint 18.30 francs en matinée, dans un marché en progression.

Texte - +