twitter

Mon prof, mon ami

Utiliser les réseaux sociaux du Web pour enseigner? Demander aux élèves de faire leurs devoirs sur Twitter? De Paris à Sierre, les enseignants lancent des idées inédites. Horizons

Quand Laurence Juin donne des consignes à ses élèves, elle envoie un message instantané via le réseau Twitter. «Rédigez un tweet présentant votre futur lieu de stage». «Je serai au service logistique d’une industrie», répond immédiatement l’un d’entre eux sur le «mur» virtuel de la classe. Au lycée professionnel de Pierre Doriole (La Rochelle, France), la rentrée scolaire ne respire pas seulement les cahiers et crayons. Le savoir s’y transmet aussi par ordinateur, sur les réseaux sociaux.

«Au début, j’étais amie sur Facebook avec mes élèves, explique Laurence Juin, 36 ans, qui enseigne le français, l’histoire-géographie et l’éducation civique. Mais cela mélangeait trop ma vie privée avec ma vie professionnelle. Et quand mes élèves ont compris que je voyais leurs photos de soirées arrosées, ils m’ont supprimée de leur liste… Comme j’utilisais moi-même Twitter, je les ai alors fait travailler dessus. Depuis l’année dernière, c’est un vrai succès!»

En classe, ces apprentis maturistes commentent textes et images par petites phrases, en 140 signes, selon le principe du fameux site de micro-blogging. À la maison, ils débattent en ligne avec leurs camarades d’une émission télévisée ou d’un livre. Même s’ils respectent une charte d’utilisation très stricte, ces adolescents sont conquis par la modernité de la méthode. «Nous faisons un travail collaboratif et mutualisé, ajoute leur professeur. Ainsi, ils deviennent acteurs et non pas consommateurs du cours».

Pionnière, Laurence Juin a interpellé et fasciné le monde enseignant. Son approche est-elle démagogique? Anecdotique? Ou médiatique? Pourtant, d’autres expériences du même type se rapprochent de sa sympathique communauté Twitter. En France toujours, à Lyon, le professeur de gestion Jean-Paul Moiraud a développé un blog participatif avec ses étudiants. À Lille, François Jourde enseigne la philosophie sur Twitter. Sur le même principe, d’autres pédagogues privilégient sites ou blogs.

Il existe peu d’études sur le sujet. Et les rares spécialistes sont loin de crier au scandale. Audrey Guilbaud-Varachaud, professeur à Bayonne, mène par exemple une étude sur ce type de pédagogie. «Les élèves jouent le jeu et sont demandeurs. L’apprentissage des dates en histoire devient ludique, mais tout aussi efficace. La publication numérique permet en outre de mettre en valeur leur travail». «En passant par l’écrit, les élèves améliorent leur mode d’expression. Ce qu’ils mettent en ligne est entièrement public, ils réfléchissent donc également à leur identité virtuelle et à leur vie privée. Et puis inconsciemment, cette réflexion collective renforce la cohésion, crée une identité de classe et d’établissement. Comme du team building!», approuve Julien Llanas qui est, à Créteil, chargé de mission sur l’utilisation des nouvelles technologies dans l’éducation.

En Suisse romande, Lyonel Kaufmann sera le premier à adopter Twitter dans un cadre scolaire. D’ici début 2011, ce professeur d’histoire à la Haute école pédagogique du canton de Vaud fera travailler ses élèves sur le site. Son modèle? Le projet mis en place l’année dernière à l’université de l’Utah (Etats-Unis). «En 48 heures, onze étudiants ont reconstitué sur Twitter la bataille de Gettysburg, dit-il. Chacun devait endosser le rôle d’un des personnages, dont celui de Lincoln. Pour cela, ils ont dû reconstruire les faits, trouver des informations et les synthétiser… Très intéressant! Avec des collègues, nous allons donc développer un nouveau scénario en français».

Lyonel Kaufmann, blogueur émérite et fan des nouvelles technologies, est l’un des rares Suisses à faire entrer, pour l’instant, les réseaux sociaux sur les bancs de l’école. Jacques Daniélou, président de la société pédagogique vaudoise: «Il y a une méfiance généralisée sur cette question. Certains collègues ont été la cible d’injures publiées sur des blogs d’élèves. D’autres ont accepté leurs étudiants comme amis sur Facebook et s’en sont mordu les doigts. Parfois, il y a un mélange des genres un peu regrettable. Malgré cela, ce n’est pas une raison pour tout diaboliser.»

«Je crois que de nombreux professeurs craignent ce qu’ils ne connaissent pas», note François Flückiger, enseignant détaché au Centre de ressources interjurassien. «Il faut que l’école s’intéresse à Facebook afin de prévenir les dérapages et éduquer les élèves. Ceux qui s’y refusent peuvent utiliser educanet, un outil communautaire gratuit et moins risqué que les réseaux sociaux classiques».

En Suisse, nombre de professeurs optent pour cette alternative. Ou pour de simples blogs ainsi que des wikis – des sites modifiables par tous les utilisateurs. François Lombard, chargé d’enseignement en biologie auprès des professeurs du secondaire à Genève, utilise ces wikis depuis plus de sept ans. «Mes élèves vont chercher et trier des informations, qu’ils mettent ensuite dans le wiki pour nous les faire partager. Ils produisent leur propre savoir! Cela remet totalement en question le rapport maître-élèves. Celui qui enseigne n’a pas la science infuse, puisque les étudiants eux-mêmes sont porteurs de compétences et d’idées. 90% de ce qu’ils apprennent ne vient pas de moi».

Bel horizon. Les professeurs engagés sur ces voies insistent tout de même sur le fait que ce genre de dispositif suppose de cadrer rigoureusement les élèves (souvent au moyen d’une charte) et d’être souvent disponible, y compris le soir, pour corriger les fautes, donner les instructions, rappeler à l’ordre et vérifier le contenu du blog. La «pédagogie embarquée», comme les spécialistes l’appellent, dépend de l’engagement bénévole de l’enseignant…

Car les enseignants, eux aussi, ont une vie privée. Et s’ils n’utilisent pas Facebook en classe, ils s’en servent souvent pour garder contact avec leurs anciens élèves. Pascal Rey, enseignant de troisième primaire à Sierre, refuse les demandes d’amitié virtuelle de ses élèves de dix ans. Par contre, il est ravi de garder contact avec les enfants qu’il a connus il y a dix ou vingt ans. «En tant qu’enseignant, je me préoccupe de l’avenir de tous mes élèves. Sans Facebook, je les aurais perdus de vue. Alors que là, j’ai retrouvé ceux des anciennes volées avec beaucoup de bonheur. Je sais quel diplôme ils ont, où ils vivent… Comme on dit: loin des yeux, près du cœur».

Publicité