Rétrospective Livres

Le palmarès des critiques littéraires du «Temps»

Les 20 livres qui ont marqué l’année 2014

Le palmarès des critiques littéraires du «Temps»

André Clavel

Ian McEwan, Opération Sweet Tooth, Gallimard, 440 p.

Suspense psychologique et policier où se débat une jeune espionne au cœur tendre, dans l’Angleterre des années 1970, en pleine Guerre froide.

Paul Lynch, Un Ciel rouge, le matin, Albin Michel, 290 p.

Dans l’Irlande ténébreuse du XIXe siècle, ce premier roman raconte la descente aux enfers d’un métayer traqué par un monstrueux tortionnaire.

John Banville, La Lumière des étoiles mortes, Robert Laffont, 348 p. Un homme vieillissant remonte le temps pour raconter comment, à 15 ans, dans une station balnéaire irlandaise, il fut initié à l’amour par une femme bien plus âgée que lui.

James Salter, Et rien d’autre, L’Olivier, 365 p.

Un ex-GI traverse cinq décennies de l’Histoire américaine, en quête d’idéal et d’apaisement.

Zeruya Shalev, Ce qui reste de nos vies, Gallimard, 417 p.

Une vieille mère agonisante, un fils adulé et une fille mal aimée. Huis clos familial tendu. Prix Femina 2014.

Isabelle Rüf

Marlene van Niekerk, Agaat, Gallimard, 718 p.

Le face-à-face saisissant d’une femme et de sa servante dans une ferme du veld, juste avant la fin de l’apartheid.

Antoine Volodine, Terminus radieux, Seuil/Fiction&Cie, 624 p.

Après la fin de la Deuxième Union soviétique et une catastrophe nucléaire, une poignée d’êtres survit dans la taïga. Humour du désastre.

Kirsty Gunn, La Grande Musique , Bourgois, 622 p.

A travers plusieurs générations de musiciens, le roman des joueurs de cornemuse, dans les Highlands d’Ecosse.

Peter Handke, La Grande Chute, Verdier, 156 p.

Manuel d’«apprentissage par l’erreur», une traversée des apparences aux allures de conte.

Fiston Mwanza Mujila, Tram 83, Métailié, 200 p.

Un opéra-brousse fabuleux qui restitue le délire et la violence de Lubumbashi, en République démocratique du Congo.

Eléonore Sulser

Lydie Salvayre , Pas Pleurer, Seuil, 288 p.

Une leçon de courage littéraire et de liberté à travers le portrait d’une mère et le récit de la guerre civile espagnole. Prix Goncourt mérité!

Frédéric Pajak, Manifeste incertain 3, Noir sur Blanc, 224 p.

Des dessins, des souvenirs, une quête de sens qui dit la mort de Walter Benjamin et l’étrange parcours d’Ezra Pound. Prix Médicis de l’essai.

Emmanuel Carrère, Le Royaume, P.O.L., 640 p. Il faut suivre chez les premiers chrétiens et sur les traces de Paul l’incroyable conteur en situation qu’est Emmanuel Carrère.

Noëlle Revaz, L’Infini livre, Zoé, 320 p.

Un objet curieux comme les boîtes scellées qui ont remplacé les livres dans le monde qu’imagine la romancière suisse. Entre exercice de style et réflexion sur la lecture et l’écriture.

Julien Gracq, Les Terres du couchant, Corti, 264 p.

Pour la voix retrouvée de l’auteur d’Un Balcon en forêt. Un roman d’une beauté époustouflante sur la guerre, la barbarie et les territoires.

Lisbeth Koutchoumoff

Jean-Noël Pancrazi, Indétectable, Gallimard, 138 p.

En racontant Mady, un sans-papiers malien, Jean-Noël Pancrazi signe un roman sur l’errance, la sienne, la nôtre. L’extrême sensibilité du livre tient au rythme de fleuve de l’écriture, à la description de ce qui, dans l’éclat pâle des lumières d’aéroport, fait vaciller les vies.

Jean Prod’hom, Tessons,

D’Autre Part, 160 p.

Mettre ses pas, de plages en criques, dans ceux d’un collectionneur de tessons de vaisselle et soupeser, au creux de la main, l’usure du monde.

Marie-Hélène Lafon, Joseph, Buchet/Chastel, 144 p.

Un vieux garçon de ferme fait le bilan d’une vie au service de différents patrons. Une vie en retrait, en silence, habitée par mille émotions.

Véronique Bizot, Ame qui vive, Acte Sud, 110 p.

Chez Véronique Bizot, les objets sont impérieux et les êtres vacillent. Le narrateur ici est un jeune homme mutique habité par les mots.

Max Lobe, La Trinité bantoue, Zoé, 208 p.

Avec un rythme et des mots bien à lui, Max Lobe confirme et signe son talent de conteur faussement naïf sur la Suisse, ses fatigues, ses embrouilles.

Publicité