Musique

Le chef Mariss Jansons a promis un concert du Nouvel An «frais et contrasté»

Le chef d’orchestre letton dirige ce vendredi 1er janvier le rendez-vous de musique classique le plus médiatisé au monde. Il a annoncé «quelque chose de neuf»

Le chef d'orchestre letton Mariss Jansons dirige vendredi pour la troisième fois le concert du Nouvel An de Vienne, le rendez-vous de musique classique le plus médiatisé au monde. Il a concocté un programme mêlant des raretés aux traditionnelles valses de Strauss.

«Le concert de Nouvel An ne peut être comparé à rien d'autre, il est presque sacré. Le diriger est un honneur et une joie, mais c'est aussi une très grande responsabilité», a confié le chef d'orchestre, que le Philharmonique de Vienne avait déjà invité sous les ors du Musikverein en 2006 et 2012.

Suivi chaque année par 50 millions de téléspectateurs dans 90 pays, le concert sera comme de coutume articulé autour des valses, polkas, galops et marches de Johann Strauss père (1804-1849) et de ses trois fils Johann (1825-1899), Joseph (1827-1870) et Edouard (1835-1916), dont ce sera le centenaire de la mort.

Au menu, l'improbable «Marche de l'Onu»

Mais à 72 ans, Mariss Jansons a tenu a apporter une touche personnelle au programme. Y figurera ainsi pour la première fois une oeuvre d'Emile Waldteufel (1837-1915), le «Strauss français», ainsi que l'improbable Marche de l'Onu de l'Autrichien Robert Stolz (1880-1975), qui sera donnée à l'occasion du 70e anniversaire de la première réunion de l'organisation.

Mariss Janson durant les répétitions, le 30 décembre 2015 à Vienne. DIETER NAGL

«J'ai voulu proposer quelque chose d'intéressant, de neuf, de frais, de contrasté, avec des classiques attendus du public, des œuvres plus rarement interprétées et des oeuvres jamais jouées», a déclaré le maestro.

Avec les Petits chanteurs de Vienne

Pour la sixième fois seulement depuis la création du concert il y a 75 ans, les Petits chanteurs de Vienne participeront au concert, où ils donneront de la voix sur deux polkas. Lors du final seront interprétées comme d'habitude la plus célèbre des valses, Le Beau Danube Bleu de Johann Strauss fils, ainsi que La marche de Radetzky de Strauss père.

Pressenti au printemps pour prendre le relai de Simon Rattle au Philharmonique de Berlin, Mariss Jansons a préféré rester chef invité, notamment pour ménager une santé fragilisée par deux infarctus. Il succède pour le concert 2016 au chef indien Zubin Mehta, à la baguette en 2015.

Comme de tradition, une partie des revenus engendrés par le concert iront à des œuvres caritatives, notamment au profit des migrants, un symbole pour cette manifestation créée sous le nazisme. Le Philharmonique multiplie depuis l'automne les initiatives, dont une levée de fonds participatifs, pour financer l'achat d'une maison destinée à l'accueil de réfugiés. Près de 100 000 personnes ont demandé l'asile en Autriche en 2015.

Publicité