Exposition

Danaé, un rêve de peintre

Jean-Claude Prêtre clôt sa trilogie mythologique

L’œuvre de Jean-Claude Prêtre apparaît à la fois diversifiée dans ses formats, ses techniques et ses médiums, et unie dans ses thèmes – mythologiques notamment – et la nature de ses teintes. Commençons par celles-ci, puisqu’elles frappent d’emblée le visiteur de la galerie qui accueille aujourd’hui les travaux dédiés à Danaé, cette femme que Zeus «visita» sous la forme d’une pluie d’or. Des teintes douces et pourtant très vives, en harmonie mais contrastées, suaves et parfois évanescentes. Elles donnent en quelque sorte le la de l’œuvre du peintre jurassien installé de longue date à Genève. Cette œuvre en effet a des consonances agréables, indéniablement, elle éveille la curiosité, satisfait le goût pour le travail bien fait et pour les silhouettes harmonieuses. En dépit de son caractère médité, elle se révèle plus sensuelle, ou charnelle, qu’intellectuelle.

Le caractère précieux de la production de Jean-Claude Prêtre se voit thématisé dans ce cycle sur Danaé. De main de maître, l’artiste y recourt aux effets de brillance et de scintillement, de manière légère toutefois, et en n’abusant qu’un tout petit peu des références à la lumière dorée et aux paillettes. L’histoire de l’art, puisque l’art a abondamment traité le mythe fascinant de Danaé, est naturellement convoquée, revisitée. Ce geste très postmoderne d’intervenir sur des tableaux célèbres (Tintoret, Rembrandt, Titien), Jean-Claude Prêtre le pratique à sa façon, c’est-à-dire, on l’a vu, en usant avec panache du chic et du diaphane, tout en ne lésinant pas sur la qualité formelle des œuvres réalisées. En somme, pour reprendre le titre de certaines pièces exposées, Danaé est une «chimère», un rêve de peintre: quelle plus belle allégorie de la peinture que cette figure de femme fécondée par la lumière même?

Comme les précédentes suites dédiées à une figure féminine de la mythologie, le cycle de Danaé fait l’objet d’un ouvrage de luxe, avec des textes de Valentina Anker, Michel Butor, Marc Le Bot, notamment.

«Jean-Claude Prêtre: Danaé avant Danaé». andata.ritorno, laboratoire d’art contemporain, Genève. Me-sa 14-18h. Jusqu’au 27 février. www.andataritornolab.ch

Jean-Claude Prêtre, «Danae», Ed. La Bibliothèque des Arts, 284 p.

Publicité