Enfants

Petits, futés et concernés

Deux albums proposent à leurs lecteurs débutants de réfléchir et d’agir, avec plaisir et discernement!

Ni Blanc ni Noir, sous-titré Il y a toujours une autre solution, laisse échapper de doux effluves de philosophie!

L’auteure-illustratrice, Jeanne Boyer, y fait l’éloge de l’entre-deux, de ce qui sépare – deux objets, deux concepts – mais est avant tout source de réflexion, voire d’invention.

Ni Blanc Ni Noir, c’est l’écart fécond, la nuance qui interpelle.

«Entre Petit et Grand (le dessin montre un petit poisson et un grand), il y a ensemble» (on découvre un banc de petits poissons formant la silhouette d’un grand). Plus loin: «Entre le rouge (une feuille d’érable flamboyante) et le vert (une feuille printanière), il y a l’hiver» (la double-page bleu foncé est mouchetée de pois blancs); ce qui évoque le sel, page suivante, lui-même appelant le poivre, et enfin le ketchup rouge dans son flacon vert!

La construction de l’ouvrage procède ainsi par associations d’idées, de formes, l’auteure semblant sauter du coq à l’âne mais il n’en est rien, quelque chose relie toujours l’âne au coq, sur quoi on peut prendre appui pour cabrioler plus loin…

Avec ses couleurs vives, ses traits larges et ses représentations minimalistes, l’album s’adresse aux tout-petits qui aiment bien penser ou rêvasser devant des dessins joyeux.


Jeanne Boyer, Ni Blanc Ni Noir, L’école des loisirs / Loulou & Cie. Dès 3 ans.***

Un cri unanime!

Ils sont unanimes, le tigre, le renard, le crocodile, la tortue: ce Libérez-nous qui donne son titre à l’ouvrage, c’est leur cri !

L’objet livre est brillamment utilisé ici, car sa manipulation même sert le propos, rend le verbe agissant; sur les pages de gauche, Patrick George propose un décor naturel: forêt, savane, mer… Les pages de droite, au contraire, montrent un décor où l’humain a pris (bien malheureusement) sa part: salon, cirque, buste de femme. En tournant un feuillet transparent où seul l’animal est représenté, l’enfant transforme le tapis rayé en tigre joueur sautant d’un arbre, permet à l’éléphanteau de quitter son plot coloré pour se promener au coucher du soleil, au renard d’abandonner le cou d’une élégante pour se lover autour d’une branche…

Le message, totalement muet, est sans ambiguïté. Non seulement il invite à réfléchir à la condition animale, mais suggère que l’action, même symbolique, même fictive, est bénéfique.

Un ouvrage ludique, ni culpabilisant ni manichéen, mais questionnant autant que stimulant.

Et bien sûr très gratifiant!


Patrick George, Libérez-nous!, Pastel. Dès 4 ans.***


Publicité