justice

Dmitri Rybolovlev placé en garde à vue

Le milliardaire russe et son avocate, qui accusent le Genevois Yves Bouvier d’escroquerie sur des ventes d’oeuvres d’art, font l’objet d’une plainte pour atteinte à la vie privée. Ils ont été entendus par la police monégasque mardi matin

Petit séisme sur le Rocher et énième épisode judiciaire dans l’affaire qui oppose le milliardaire Dmitri Rybolovlev, président de l’AS Monaco, au Genevois Yves Bouvier et à sa complice présumée Tania Rappo. Le Russe, ainsi que son avocate Tetiana Bersheda, ont été placés en garde à vue mardi matin pendant quelques heures par la police monégasque et entendus dans le cadre d’une instruction ouverte par le juge d’instruction Pierre Kuentz.  

Une procédure ouverte sur la base d’une plainte déposée en juillet dernier par Tania Rappo, pour atteinte à la vie privée et faux, précise son avocat monégasque, Frank Michel. En cause, une conversation enregistrée à l’insu de Tania Rappo et de son époux, lors d’un dîner au domicile de Dmitri Rybolovlev en présence de Tetiana Bersheda. Un dîner organisé le 23 février dernier, soit deux jours avant l’arrestation de Tania Rappo et d’Yves Bouvier. Tania Rappo et son avocat affirment que cet enregistrement pirate a été remis à la police de la Principauté par Tetiana Bersheda en violation des dispositions du Code pénal.

Si le Russe et son avocate n’ont pas été inculpés à l’issue de la garde à vue, celle-ci est «un préalable à leur inculpation, l’infraction étant clairement constituée», affirme Frank Michel. Pour qui «la seule question qui reste ouverte est de savoir qui de Dmitri Rybolovlev ou de Tetiana Bersheda est l’auteur de cet enregistrement illégal».

Son avocat dénonce «le caractère puéril et dérisoire de cette action»

Dmitri Rybolovlev et les sociétés détentrices de son importante collection accusent Yves Bouvier de l’avoir escroqué à hauteur d’un milliard de dollars sur la vente de tableaux de maîtres entre 2003 et 2014. Selon le Russe, Yves Bouvier agissait comme mandataire chargé de lui dénicher les plus beaux tableaux et n’avait droit, à ce tire, qu’à 2% de commissions. Yves Bouvier affirme au contraire qu’il agissait comme marchand d’art, libre de réaliser les marges qu’il souhaitait. Amie commune du Russe et du Genevois, Tania Rappo - une Suissesse d’origine bulgare et résidente monégasque - avait mis les deux hommes en contact. Un rôle d’intermédiaire qui lui a valu de toucher de grosses commissions de la part d’Yves Bouvier sur les ventes de 37 tableaux à Dmitri Rybolovlev. Des commissions souvent chiffrées en millions d’euros.

Yves Bouvier a été inculpé d’escroquerie et de complicité de blanchiment par la justice monégasque le 28 février dernier, à l’issue d’une longue garde à vue. Également placée en garde à vue, Tania Rappo, elle, a été inculpée de blanchiment. La requête en nullité de la procédure déposée par Yves Bouvier ayant été rejetée par la Cour d’appel le 12 novembre dernier, la procédure suit son cours.

Réagissant par voie de communiqué ce mardi, l’avocat de Tetiana Bersheda, Gérard Baudoux, et celui de Dmitri Rybolovlev, Géraldine Gazo, confirment sobrement que leurs clients «ont été entendus à la suite de la plainte déposée par Madame Rappo pour une pseudo atteinte à sa vie privée et familiale». «Ils ont pu soulever le caractère puéril et dérisoire de cette action qui ne vise qu’à créer un écran de fumée et dissimuler la réalité des agissements dénoncés par les sociétés victimes», poursuivent-ils. En soulignanat que «l’instruction portant sur les délits de blanchiment et d’escroquerie confiée au juge d’instruction de Monaco se poursuit.»

Publicité