Innovation

Écouter de la musique par les os du crâne

La société lausannoise studio Banana a levé 820 000 sur le site américain Kickstarter pour lancer la production d’un nouveau casque audio

Après ses coussins en forme de scaphandre destinés à faire des turbo-siestes au bureau qui ont été écoulés à plus de 100 000 exemplaires, la société romande StudioBanana lance un casque audio d’un nouveau genre. Pour cet objet, l’entreprise lausannoise est parvenue à lever, en octobre dernier, 821 000 dollars sur le site de financement participatif américain Kickstarter, soit six fois plus qu’escompté. Et cela auprès de 4516 contributeurs. Cette somme a permis de lancer la production en Chine.

Basé dans l’ancienne galerie d’art contemporain Lucy Mackintosh, le bureau lausannois a conçu un casque permettant d’écouter de la musique tout en restant ouvert à son monde. «C’est ce qu’on appelle du son immersif. La personne peut parler à son entourage, tout en étant baigné dans un univers musical», explique Key Kawamura, co-fondateur de l’entreprise.

Comment explique-t-il un tel succès sur Kickstarter? «Il faut réaliser une bonne présentation, avec un véritable scénario lié autour du produit. C’est fondamental. On a travaillé sur cette communication pendant trois mois, explique-t-il. Cela a été d’autant plus difficile que le casque audio que nous développons traduit une expérience acoustique.»

Dénommé batband, ce casque fonctionne par transduction osseuse. Le son n’est pas capté par les oreilles mais à travers les os du crâne. Dans un casque classique, le son est capté par le pavillon, c’est-à-dire la partie visible de l’oreille. Les ondes empruntent le conduit auditif pour mettre en vibration le tympan. Des osselets amplifient le signal pour le transmettre à la cochlée. Dans le cas d’un casque à vibration osseuse, les écouteurs ne se placent pas sur les oreilles mais juste au-dessus. L’appareil émet alors des vibrations imperceptibles sur les os de la mâchoire et de la tempe. Ces ondes vont se propager dans les os du crâne jusqu’à la cochlée qui pourra traiter le signal sonore.

«La musique du casque et les sons ambiants n’empruntent ainsi pas le même chemin», explique Key Kawamura qui ne destine pas son produit aux mélomanes. En revanche, il vise essentiellement des personnes devant veiller à l’environnement sonore ambiant, comme par exemple des sportifs en milieu urbain ou des personnes sur leur lieu de travail qui veulent maintenir un contact avec leurs collègues. «La technologie est déjà utilisée, notamment dans l’industrie médicale ou chez les militaires américains. Elle n’est absolument pas dangereuse pour la santé», explique Key Kawamura, un architecte de formation.

La production du «batband» a démarré en Chine. Le casque sera disponible dès le mois de mars, voire avril, au prix d’environ 230 dollars. Dans un premier temps, la société prévoit de distribuer 5000 unités, à prix préférentiel, aux contributeurs de Kickstarter. «Nous sommes actuellement en négociations avec différents distributeurs», précise Key Kawamura.

StudioBanana, une entreprise de 27 personnes qui possède également des bureaux à Londres et à Madrid, avait précédemment présenté quatre autres projets sur le site américain Kickstarter, notamment des coussins ainsi qu’une lampe flexible. En parallèle à ses propres produits, l’entreprise continue de proposer ses services de créations à des clients tels Nestlé, les CFF ou l’EPFL.

Publicité