Nécrologie

Hans Vontobel, banquier et humaniste, est décédé dans sa centième année

Hans Vontobel est décédé dimanche à 99 ans. La nécrologie que lui consacre la NZZ est en couverture du cahier culturel de la «NZZ». Effectivement, le Zurichois, président d’honneur de la banque, a marqué son époque par son esprit, sa culture, sa générosité et son appel à la modération autant que par ses nombreuses fonctions dans l’économie

Hans Vontobel est décédé dimanche à Zurich à 99 ans. La nécrologie que consacre la «NZZ» à ce banquier exceptionnel figure sur une pleine page en couverture du cahier culturel du quotidien zurichois. Le président d’honneur de la banque Vontobel, administrateur de ce quotidien de 1972 à 1986, a en effet marqué les esprits par son humanisme, sa culture et ses activités philanthropiques autant que par ses qualités de banquier.

«Il personnifiait l’esprit du protestantisme», selon le quotidien de la Falkenstrasse. «La personne était toujours au centre de ses préoccupations. Conseiller indépendant et visionnaire, citoyen du monde ouvert et curieux, Hans Vontobel a toujours été exemplaire», écrit dans un communiqué Herbert Scheidt, président du conseil d’administration de Vontobel Holding.

Président de la bourse, du Rotary, de la Chambre de commerce Allemagne-Suisse

Entré au service de la banque en 1943, il est nommé, associé junior par son père Jakob en 1951. Il devient président du conseil d’administration en 1981 puis président d’honneur depuis 1991. Hans Vontobel, a également été président de la bourse de Zurich, de la Chambre de commerce Allemagne-Suisse, du Rotary Club Zürich, et siégé au conseil d’administration de l’Association suisse des banquiers.

De son action caritative, on relève la création des fondations «Vontobel» pour la protection de la nature, la formation, l’aide sociale, «Créativité au Troisième Âge» et «Lyra» pour la promotion des jeunes talents musicaux.

Intellectuel, il a également été l’auteur de plusieurs ouvrages, dont «Der Mensch als das Mass; Bemerkungen zu einer globalisierten Welt» (2003). Le banquier disposait, avance la «NZZ», d’un «sens aigu des limites; de la modération en économie et en politique; dans la présence publique et dans la société; une mesure à laquelle nous devrions tous nous soumettre».

Aujourd’hui le groupe compte plus de 1400 employés. Les actifs confiés au groupe par la clientèle s’élèvent à 181 milliards de francs. La banque est active aussi bien dans la gestion de fortunes que la gestion d’actifs et la banque d’investissement.

Pérenniser les structures

Vontobel vaut 2,7 milliards de francs en vertu de sa capitalisation boursière. La performance du titre n’a pas été décevante puisque l’action a dépassé l’indice SMI, UBS et Julius Baer sur un an, trois ans et cinq ans. Elle s’est appréciée de 26% l’an dernier. Lundi, elle est en légère hausse sur un marché en nette baisse.

Les familles Vontobel et la fondation d’utilité publique Vontobel possèdent la majorité des actions et des voix. Comme le rappelle le communiqué de la banque, Hans Vontobel «n’a pas attendu pour organiser l’avenir de sa banque». Il a transféré une grande part de ses actions à la fondation Vontobel et à la société Vontrust.

La banque a par ailleurs communiqué qu'à l'assemblée générale du 19 avril 2016, deux représentants de la quatrième génération des familles propriétaires seront proposés au conseil d'administration. Il s'agit de Maja Baumann et Björn Wettergren. Le pool d'actionnaires détenait, à la fin 2014, 67,1% des voix. Hans Vontobel possède 18,1% à la fin 2014 (et maintenant 20,7% après destruction des titres auparavant détenus par Raiffeisen. L'emploi de ces titres devrait être indiqué dans le testament du défunt.

Lire aussi: le dernier texte de Hans Vontobel publié par le banque

Publicité